Le silence de Nicolas Sarkozy sur la Libye et le chaos qui y règne semble, chaque jour, plus assourdissant. Ce chaos est pourtant la conséquence de la chute de Muammar al-Kadhafi, dont l’ancien Président a été le principal artisan, quoiqu’il n’en fût pas le seul acteur. S’il ne fut pas le seul à déboulonner le dirigeant libyen, sans lui et sans sa volonté acharnée, l’intervention d’une coalition occidentale n’aurait pas eu lieu et la rébellion aurait sans doute échoué.