Le point de vue de Martial Foucault, politologue directeur du Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po. [Après ce] deuxième tour des élections régionales, il revient sur l’abstention… qui [selon son analyse] ne reflète pas, loin de là […], un total désengagement citoyen.

Le premier tour des élections régionales a confirmé, SOUS FOND D’ABSTENTION MASSIVE que le FN est aujourd’hui le premier parti de France, faisant dans certaines régions des scores considérables.

Le vote FN est certes le produit de la destruction du tissu social, de la peur du déclassement et plus globalement de l’avenir. Mais c’est la xénophobie qui est le ciment de ce vote.

 Un avis comme un autre,  mais tous les avis sont à étudier devant le chaos du premier tour de ces élections régionales.   M.C.

La leçon du 1er tour des élections régionales est tout autre que le discours insidieux des experts sondeurs, responsables politiques et commentateurs à divers titres, se rependant dans les médias audio ,télévisuels et la presse écrite.

Les grands médias nationaux et régionaux, TV, radios, presse écrite, ne contribuent pas à éclairer les enjeux des élections régionales, qui touchent pourtant à notre quotidien.

Retour sur un projet de loi, une nouvelle fois présentée. Est-elle une bonne ou mauvaise idée ? 

L’article ci-dessous est suivi de quatre articles constituant un dossier très éclairant pour ceux qui auront la patience de lire jusqu’au bout (Suivre les liens). Bonne lecture. MC

Depuis quinze ans, les élections ne mobilisent qu’une minorité d’électeurs. La montée de l’abstention est devenue un phénomène marquant de la vie démocratique française. On l’observe en particulier au sein de l’électorat traditionnel de la gauche, découragé par les politiques gouvernementales.

Depuis quinze ans, l’élection du Parlement européen ne mobilise qu’une minorité d’électeurs. La montée de l’abstention est devenue un phénomène marquant de la vie démocratique française. On l’observe en particulier au sein de l’électorat traditionnel de la gauche, découragé par les politiques gouvernementales.

Claque aux élections municipales de 2014, intervention télévisée confirmant son engagement envers du Medef, remaniement ministériel avec comme 1er ministre un « encarté » PS qui serait aussi bien dans les rangs de la droite de l’UMP… Aucune écoute de l’expression et désapprobation populaire.

La deuxième partie du quinquennat de ce gouvernement sera consacrée à faire payer, de la classe la plus démunie à une partie des cadres moyens, les privilèges accordés aux banques, propriétaires de grandes entreprises et d’une petite centaine de personnes aisées cachant leurs bénéfices dans des paradis fiscaux. Non ce gouvernement n’est pas social, n’est pas de gauche, à peine démocrate, à la limite de la frange dictatoriale, le règne d’enrichissement personnel de ceux qui en possèdent déjà beaucoup , avec Hollande et sa gestion c’est l’engrangement  financiers des banques et d’un certain nombre de dirigeants de grosses entreprises, dont ceux du CAC 40, aux détriments des salaires, avantages sociaux et pouvoir d’achat des démunis, salariés, chômeurs, etc… – MC

Près d’un Français sur cinq en âge de voter ne s’est pas rendu aux urnes en 2012. Aux 13 % des inscrits qui n’ont voté ni à l’élection présidentielle ni aux élections législatives, il faut en effet ajouter les 7 % de personnes en âge de voter qui ne sont pas inscrites sur les listes électorales.