La start-up experte en vidage d’hostos

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris fait appel à Noé Santé, une boîte privée installée dans ses locaux, pour accélérer la sortie des malades.

Comment faire fonctionner les hostos avec moins de fric et moins de personnel ? Simple : il suffit de mettre les malades dehors au plus vite. Pour faire tourner cette belle mécanique à plein régime, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris a conclu un contrat avec une start-up, Noé Santé, d’un montant de 960 000 euros. Le privé, y a que ça de vrai, comme dirait Mc-Kinsey !

Accueillis à bras ouverts, les salariés de cette jeune pousse ont même installé leurs bureaux… dans les locaux de l’Assistance publique, à Cochin ou Pompidou. Chargé d’« accompagner le retour à domicile des patients », Noé Santé vante, sur son site Internet, « un dispositif » permettant aux établissements d’« optimiser la durée moyenne de séjour des patients ». Et, surtout, de la raccourcir !

Pour gérer l’hospitalisation à la maison des malades, Noé Santé planifie la venue à leur chevet de kinés ou d’infirmières. De quoi faire bondir les assistantes sociales de l’AP-HP. « Organiser le retour à domicile, c’est notre travail, dénonce l’une d’elles. Contrairement à cette start-up, on fait d’abord une évaluation visant à savoir si les patients sont suffisamment entourés. Si ce n’est pas le cas, pour le portage des repas, on cherche en priorité les services gratuits mis en place par les mairies ou les départements, alors que Noé Santé, elle, se tourne vers des acteurs privés. »

La direction de l’AP-HP, de son côté, vante un service « complémentaire » au travail des assistantes sociales. C’est oublier qu’il existe déjà des services (publics) d’hospitalisa­tion à domicile. Dépendant de l’assurance-maladie, le Prado organise une partie des retours au foyer. En 2020 et en 2021, l’AP-HP avait également mis en place des cellules internes pour mieux organiser ces retours… avant de sous-traiter le boulot à ce Deliveroo du soin à domicile. Lancée discrètement, en août 2021, dans le service orthopédie de Pompidou, l’« expérimentation » a été élargie, en janvier, à cinq autres établissements, comme Cochin, Avi­cenne et Lariboisière.

Evacuation urbi et Orbis

Payée 4 000 euros par mois et par établissement (soit 24 000 euros par mois pour les six premiers hostos, puis 40 000 euros par mois pour dix hostos, etc.), la start-up touche encore une prime de 150 euros « par patient foutu dehors, pardon, accompagné à domicile », ironise un toubib.

Le montant maximum du contrat (960 000 euros) ne sera sans doute pas atteint, s’empresse de préciser la direction des hôpitaux parisiens, « au vu de l’activité actuelle ». Au vu, surtout, de la levée de boucliers…

« Cette start-up a même accès au logiciel Orbis de l’AP-HP, qui contient tout le dossier médical des patients, c’est délirant I» dénonce Force ouvrière. Si la direction confirme l’info, elle assure que tout est dans les clous grâce à un « accord RGPD » (protection des données) conclu avec son prestataire. Pas de quoi rassurer. « En accédant à Orbis, explique un cadre hospitalier, Noé Santé sait, par exemple, que tel patient fume. C’est plus que gênant alors que cette start-up travaille par ailleurs pour des mutuelles et assureurs complémentaires. »

Elle ne livre quand même pas les clopes à domicile ,


Isabelle Barré. Le Canard Enchainé. 20/04/2022

——————————-

Ni or ni argent pour les soignants

Ce n’est pas tellement que les blouses blanches attendent désespérément une médaille (elles préféreraient de meilleures conditions de travail…)

Mais pourquoi s’être assis sur cette promesse (qui ne coûtait pas cher, elle), comme sur tant d’autres ?

Le 13 mai 2020, Sibeth Ndiaye, alors porte-parole du gouvernement, annonce la renaissance d’une « médaille de l’engagement face aux épidémies » pour les « héros » de la lutte contre le Covid. Une décoration créée en 1885, à la suite de l’épidémie de choléra…

Depuis ? Rien. En 2021, plusieurs directeurs d’hôpitaux ont reçu la Légion d’honneur, mais aucune petite main. Treize questions au gouvernement de députés et sénateurs rappellent sa promesse à Jean Castex… sans réponse. Au « Canard », le ministère de la Santé explique avoir créé un statut de « mort pour le service de la République » à l’intention des soignants décédés du Covid entre janvier 2020 et juillet 2022, ouvrant une pension pour les proches. Bravo. Et la médaille ? L’Élysée louvoie : « Le sujet pourra aboutir quand les conditions sanitaires permettront aux services de l’État d’instruire les dossiers. »

Et il coûtera combien, le « sujet » ? Matignon chiffre les 15 000 breloques prévues à 333 720 euros. Au train où vont les choses, elles seront remises en même temps que celles des JO de 2024…


Dessin d’Aurel. Le Canard Enchainé. 20/04/2022

Article signé des initiales : F. R.-G. Le Canard Enchainé. 20/04/2022


Une réflexion sur “La start-up experte en vidage d’hostos

  1. bernarddominik 24/04/2022 / 20:27

    Tout simplement honteux.

Laisser un commentaire