Le meeting était-il « très » organisé ?

Selon Médiapart et ses journalistes : OUI !

[…] En août 2019, à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), la présidente de la région Île-de-France organise son premier grand rassemblement depuis qu’elle a quitté Les Républicains (LR) quelques mois plus tôt, au lendemain de l’échec du parti de droite aux européennes.

Mme Pécresse veut désormais voler de ses propres ailes avec son mouvement Libres!. Elle « joue gros » à Brive, comme le souligne alors Le Figaro, dans un face-à-face à distance avec LR, qui réunit le même jour ses troupes à La Baule (Loire-Atlantique).

Valérie Pécresse monte sur scène à 15 h 15. Large sourire et pouces levés. « Nous sommes plus de 1 500 ! » Impressionnant : à l’autre bout du pays, les LR, malgré leurs moyens, ne sont que 400… « Si aujourd’hui vous cherchez des militants de droite, c’est ici que ça se passe ! », exultent les porte-parole de Libres!. Pari gagné.

En façade du moins. Car, en réalité, tout cela relève d’une mise en scène habile.

En effet, selon une enquête de Médiapart, une bonne partie des personnes réunies le 31 août 2019 à Brive n’étaient pas des militants, ni même des sympathisants de Valérie Pécresse, mais des habitants de la région Île-de-France, membres ou issus des réseaux d’associations communautaires, invités tous frais payés à passer une journée en Corrèze.

Leur venue s’est faite par l’entremise d’associations (Fédération de Wallis-Futuna, Union des Serbes de France, Parti panafricain, mouvement d’opposition cambodgien, etc.) implantées en Île-de-France, la région que dirige Valérie Pécresse depuis 2015.

L’opération s’est déroulée sous la houlette de l’un des vice-présidents de Mme Pécresse, le puissant Patrick Karam, chargé de la vie associative et du sport, qui détient par ce biais un levier important sur les subventions régionales.

Plusieurs associations dont sont issus les faux « militants » mobilisés pour gonfler les rangs du rassemblement ont vu leurs subventions augmenter sous la présidence de Mme Pécresse.

Parties de la gare d’Austerlitz, à Paris, à 6 h 38 du matin, des centaines de personnes ont été acheminées sur les lieux du meeting dans un train spécialement affrété pour l’occasion.

Contactées par Mediapart, plusieurs d’entre elles se sont rendues à Brive pour profiter d’une journéeà la campagne gratuite, transport et repas offerts, sans adhérer aucunement au programme et aux idées de Mme Pécresse.

D’autres, généralement à la tête d’associations, ont confirmé qu’elles avaient participé à l’excursion, en rameutant leurs troupes, dans l’objectif de s’attirer les faveurs de la présidente de région.

Questionnée sur cette situation par Mediapart, Valérie Pécresse répond qu’il « n’y a aucun lien entre le financement de ces associations [par la région — ndlr] et [s]on activité politique ». « D’ailleurs, ajoute l’élue, les associations que vous citez sont clairement apolitiques, mêlant des personnalités de droite et de gauche, financées pour certaines par l’État ou la mairie de Paris. »

[…]


Ilyes Ramdani, Antton Rouget et Sebastien Bourdon – Médiapart – Titre original : « L’histoire du meeting fantoche de Valérie Pécresse ».

Source (Extraits)