Profonde nature …

… du système capitaliste qui préfère les profits au traitement de la pandémie !

Les labos ne cessent de « faire » des profits sur la pandémie. Ainsi le groupe nord-américain Pfizer vient de trouver une incroyable astuce. Jusque là il livrait des flacons de vaccins dans lesquelles on retirait 5 doses pour 5 injections. Retirer plus de sérum d’un flacon est très difficile.

En tout cas les contrats spécifient qu’un flacon contient 5 doses. Mais voici que d’un coup Pfizer vient d’inventer la 6ème dose. Il fait ainsi d’une pierre deux coups : il utilise cette possibilité pour justifier ses réductions de livraisons pour le moment aux États mais leur facturera une dose supplémentaire par flacon.

Jusqu’au sommet de l’État on s’est mélangé les pinceaux toute la semaine : le ministère de la Santé annonçait avoir reçu 383.000 doses quand le premier ministre déclarait 320.000 doses. Celui-ci continuait donc de considérer qu’un flacon contenait… que 5 doses … cette petite manipulation se cache de gros profits.

Dans le programme de livraison actuelle pour l’Union Européenne, Pfizer va expliquer qu’il peut honorer la commande de doses prévues en livrant 100 millions de flacon au lieu de 120 millions soit une économie de livraison de 20 millions de flacons et de 120 millions de doses qui pourront être « revendues ».

Comme nous pouvons révéler que le prix de la dose (de la dose et non pas du flacon) est de 12€, le profit supplémentaire sera de …1,5 milliards d’€.

Interpellons partout ou nous le pouvons les autorités de l’État et de l’Union Européenne pour faire cesser ce scandale, car c’en est un.

Il en est un autre du point de vue de la civilisation et de l’humanité. Seuls 45 pays ont aujourd’hui accès au vaccin.

Parmi eux, 11 se taillent la part du lion. Des milliards d’êtres humains sont donc privés à priori de vaccins. Une autre stratégie aurait consisté à faire des personnes les plus sensibles, et des médecins et soignants du monde entier une priorité. Ce serait de l’authentique coopération internationale au service du bien commun.

Aujourd’hui la santé de milliards de personnes est dépendante de quelques trusts pharmaceutiques : nature des vaccins, emballages, rythme de production et de distribution, prix.

La problématique des brevets et donc du traité dit « ADPIC » signé en 1994 dans le cadre de ce que l’on a appelle le Cycle d’Uruguay de l’Organisation mondiale du commerce est a l’ordre du jour.

Ce traité qui protège la propriété intellectuelle des grandes firmes capitalistes signé sous l’influence des même Pfizer, Gilead, Bayer, Opel-IBM…


Lettre hebdo (Extrait) de Patrick Le Hyaric


5 réflexions sur “Profonde nature …

  1. Mébul 25/01/2021 / 15:10

    Bien évidemment, c’était couru depuis le tout début, plusieurs personnes dites ‘complotistes’ l’avaient dit avant que le pot aux roses n’apparaisse de plus en plus pour les ‘endormis’… les complotistes ne sont pas ceux qui sont affublés de ce mot…

  2. bernarddominik 25/01/2021 / 15:24

    Il ne faut pas se faire d’illusions Pfizer a développé son vaccin pour gagner de l’argent pas pour le bienfait de l’humanité. Dans cette optique c’est au plus offrant, donc les pays pauvres attendront que les plus riches aient vacciné toute leur population.
    La nature est ainsi faite que le plus fort l’emporte.
    C’est triste mais c’est inscrit dans nos gènes. Et on peut aujourd’hui se poser la question sur les bienfaits qu’a apporté notre civilisation à l’Afrique, baisse de la mortalité infantile grâce à nos médicaments et nos vaccins, surpopulation, famine.
    Il faudrait peut-être être réétudier Maltus ?
    Aujourd’hui tous les organismes d’aide aux pays pauvres demandent un contrôle des naissances, mais est ce possible dans des pays où se sont les enfants qui prennent en charge la vieillesse de leurs parents ?

  3. tatchou92 25/01/2021 / 15:44

    Ils sont gonflés ces rapaces, ces vautours. J’ai été infirmière pendant 2 décennies avant de passer des concours administratifs, sans renier mon passé professionnel. J’ai également assuré la responsabilité du centre de vaccinations H1N1 de notre ville, avec une équipe de médecins retraités volontaires (comme moi) et le concours des élèves infirmières de 2 écoles (Villejuif et Clamart). Nous disposions de 2 vaccins : l’un pour adultes, l’autre pour enfants et personnes à risques. Les vaccins étaient aussi livrés en flacons contenant plusieurs doses et une petite marge de sécurité, bien utile pour purger les seringues, éviter la moindre bulle d’air, avant injection.. Les seringues fines utilisées comme cela semble se faire aujourd’hui dans cette campagne, le sont aussi pour les insulines et les désensibilisations et permettent de doser finement. Il arrivait que quelques gouttes soient perdues, mais les labos n’étaient pas aussi avides et rapaces que Pfizer qui a mordu la ligne. Je ne sais s’il y avait un marché dûment signé et validé par la Commission européenne… je me plais à imaginer les réactions qui auraient accompagné la démarche d’un labo russe, chinois ou cubain pratiquant le même chantage, çà discuterait dans les chaumières…

  4. jjbey 25/01/2021 / 18:48

    Le capitalisme se protège comptant sur l’ignorance des peuples pour maintenir son pouvoir. En finir avec ce système est une nécessité pour la survie de l’humanité.

Laisser un commentaire