Face à la contestation fiscale qui persiste et à la contestation sociale qui s’amplifie chaque jour un peu plus, Jean-Marc Ayrault lance la contre-attaque. Dans un entretien aux « Echos », il indique qu’il n’est pas question de bouger sur la hausse de la TVA qui finance une partie de la baisse du coût du travail qu’apporte le crédit d’impôt compétitivité emploi (Cice).