Mots-clés

Révolution. Le dictionnaire consulté sur Internet donne sept sens possibles au mot.

Le premier renvoie au « mouvement orbital d’un corps céleste »… Jupiter, « planète géante gazeuse », pourrait coller à ce mot.

Le quatrième sens indique un « changement brusque d’ordre économique moral et culturel dans une société ». Cela semble aussi coller avec l’aveu fait aux journalistes le 14 février, par le président : « Je suis le fruit d’une forme de brutalité de l’Histoire, d’une effraction. » Effraction ?

Le sixième sens du dictionnaire affirme : « Agitation soudaine et passagère, provoquée dans le public par un fait inhabituel : Un cambriolage audacieux a mis le quartier en révolution ». S’il le dit lui-même… Brutalité ?

Là, cela devient inquiétant.

La révolution de palais n’est-elle pas en train d’allumer les brandons de la discorde civile ?

  • À quoi sert de pointer du doigt des agents des services publics qui s’occupent de nous faire voyager en train, par le moyen le plus écologique et en voie d’abandon progressif par saucissonnage des tronçons ne rendant rentable que le TGV ?
  • On dénonce à l’opinion publique des hommes et des femmes qui accomplissent un métier utile pour lutter contre la désertification, pour lutter contre la pollution, au moment de déprécier leur entreprise pour préparer l’opinion à sa vente.
  • Le salaire des professeurs des écoles, des collèges, des lycées et des universités creuse la dette publique, et il faut réduire toujours plus leur recrutement.
  • Les établissements pour l’accueil de nos aînés coûtent cher ? Les aides-soignants débordés n’ont qu’à travailler encore plus, après tout ils ont la sécurité de l’emploi.
  • Les agents hospitaliers n’en peuvent plus ? Qu’ils ouvrent des officines privées.

 Mais que veut le pouvoir ?

Nous dresser tous les uns contre les autres ?

Provoquer les tensions civiles par l’ exaspération ?….

Le troisième sens du mot révolution rappelle que c’est un « changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place et prend le pouvoir ».

La seule chose que sait un historien est que les révolutions éclatent toujours là où l’on ne les attend pas et que les élites en sont souvent responsables…


Pierre Serna – historien