La question de la primaire à gauche provoque de forts remous au sein du Parti communiste français. En pleine préparation de leur congrès, qui se déroulera en juin, les membres du parti sont loin de tous partager l’enthousiasme de leur secrétaire national, Pierre Laurent, sur le sujet.