L’idée que seul le prolétariat, réduit très rapidement à la notion sociologique de classe ouvrière, peut être l’instrument du renversement du capitalisme et de la construction d’une société sans classes a été historiquement largement dominante.

Chacune, chacun, lectrice, lecteur, en ont assez d’entendre, de voir, de lire, de dialoguer autour de l’islamisme, de son avancée dans le monde, des désastres qu’il amènent ; en un mot comme en cent, ras-le-bol de parler de cette poussée de fièvre islamiste.

Oui mais : aucune autorité, religieuse comme étatique, n’apporte de solution et par conséquent les questions restent présentes dans les populations. L’article qui suit n’a pas la prétention de trouver « LA SOLUTION », (d’ailleurs, y en a-t-il, actuellement?) mais d’expliquer une position. Simplement pouvons-nous soutenir que l’islam modéré tout comme tous les autres cultes d’expressions modérés, est parfaitement acceptable par tous. MC