Merci à toutes les personnes qui se sont déplacées pour inscrire leur souhait dans les Cahiers de doléances avant le grand débat, orchestré de main de maître et grand effet de manche par le pantin gesticulant Macron, non seulement vos écritures n’ont servi à rien mais en plus elles vont finir bien cacher dans quelques réduits départementaux. MC

Lancé le 15 janvier par le président Emmanuel Macron pour répondre à la crise des gilets jaunes, le grand débat national s’est officiellement terminé le 15 mars, suivi d’un débat formel au Parlement. 1,5 million de contributions ont été recensées.

Les réflexions qui suivent appartiennent à Elsa Faucillon qui d’abord, observe que le grand débat national attire un large public, notamment dans sa circonscription des Hauts-de-Seine, […]. Toutefois, elle s’interroge sur les intentions [futurs,] du président de la République. « On a plutôt le sentiment d’une grande campagne du président Macron plutôt que d’un grand débat », a-t-elle déploré avant d’évoquer le fort dispositif policier qui encadre les déplacements du chef de l’État, à l’instar de celui de Bordeaux, la semaine dernière.

Alors que les mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la loi ÉLAN et les mesures budgétaires (baisse des APL, ponction sur la trésorerie des HLM, hausse de la TVA, Etc.) vont considérablement diminuer les capacités d’investissement des organismes HLM, les thèmes du grand débat national laissent de côté une difficulté majeure vécue par une grande partie de la population : le coût et la disponibilité du logement.