Jusqu’alors, la France intervenait en Irak, en coordination avec les membres de la coalition internationale et avec le gouvernement de Bagdad, mais refusait de le faire en Syrie pour éviter de renforcer le président syrien Bachar El-Assad.