Une nouvelle fois discrédité le roquet…

… par la justice et mauvais joueur !

Le tribunal administratif de Paris, saisi en urgence, a suspendu vendredi l’expulsion de Hassan Iquioussen vers le Maroc. Les juges ont considéré que cette mesure, annoncée en grande pompe par le ministre de l’intérieur, porterait une atteinte disproportionnée à sa vie familiale. 

Lorsque Gérald Darmanin déclarait mercredi, devant l’Assemblée nationale, que Hassan Iquioussen serait expulsé « manu militari » vers le Maroc dès que la police mettrait la main dessus, « sans possibilité de revenir » en France, il n’avait pas prévu que la justice gripperait son enthousiasme. 

Ce vendredi 5 août 2022, le tribunal administratif de Paris a suspendu l’expulsion de cet imam conservateur âgé de 58 ans, accusé par le ministère de l’intérieur de « provoquer à la discrimination, à la haine ou à la violence ».

Les juges du référé, saisis en urgence par Hassan Iquioussen, ont estimé que cette mesure porterait « une atteinte disproportionnée à sa vie privée et familiale »

——————-

« Loin des sirènes médiatiques, le droit », s’est réjouie Lucie Simon, l’avocate du prédicateur, à l’annonce de la décision.

L’ordonnance rendue ce vendredi, consultée par Mediapart, souligne que certaines prises de position prêtées par le ministre à Hassan Iquioussen, tels que son rejet des valeurs occidentales ou son soutien « supposé » à Oussama Ben Laden, ne sont établies par aucune pièce de la procédure. 

Les juges estiment par ailleurs que les citations dont l’existence est démontrée, pour controversées qu’elles soient, ne relèvent pas de la provocation à la discrimination ou à la haine.

À une exception près : ses considérations « rétrogrades » sur la place des femmes, invitées à rester dans le foyer, voire dans la cuisine. Les juges estiment toutefois que ce seul fait n’est pas suffisant pour « justifier la mesure d’expulsion », compte tenu des conséquences pour sa vie familiale. 

——————-

Le ministre de l’intérieur a immédiatement annoncé qu’il faisait appel devant le Conseil d’État. Dans un communiqué de presse, il se dit « bien décidé à lutter contre ceux qui tiennent et diffusent des propos de nature antisémite et contraire à l’égalité entre les femmes et les hommes »

[…]

Pour rappel, voir l’article précédent. LIEN


Camille Polloni. Médiapart. Source Web (Extraits)


3 réflexions sur “Une nouvelle fois discrédité le roquet…

  1. bernarddominik 07/08/2022 / 20:24

    Encore un intégriste qui va pouvoir continuer sa propagande en toute liberté.
    Une défaite pour les droits humains, les droits des femmes et des homosexuels.
    Et dire que c’est la FI qui a brandi ce drapeau.
    Honteux

    • Libres jugements 08/08/2022 / 10:12

      Il me semble qu’il faut distingué la volonté d’un ministre en mission avec des objectifs bien établis consistant à donner des gages au Rassemblement National face aux intégristes de toutes obédiences… mais d’abord islamique !

      Qu’il soit integriste islamiste (est-ce le seul ou le bouc émissaire ? Ben Laden à bien fait partie de la formation d’expert en guérilla par les USA avant d’envoyer des avions sur les tours) intégristes catholiques ou encore fondamentalistes-prédicateurs de l’extrême droite ou gauche, les excessifs voulant imposer au reste du monde leurs visions apocalyptiques et dictatoriales, sont à bannir.
      Dans ce sens, mais dans ce sens seulement la loi doit s’appliquer, reste que in fine chacun interprètera la loi et pourra être désigné comme prédicateur fondamentaliste : qui le responsable d’un syndicat, d’un parti politique, philosophe, scientifique, historien, romancier, peintres, etc. ou le quidam… parce qu’il est habillé ainsi ou aura signé une revendication dans sa jeunesse, etc. La Kommandantur, le KGB, CIA ou service secret.
      De plus, ce n’est certainement pas à un ministre ou président de la république de porter un jugement personnel sur une affaire, sinon la justice des hommes ne peut s’exercer librement.
      Voir entre autre https://wordpress.com/read/blogs/78290315/posts/16462

      Sans doute un avis qui en vaut un autre, mais qui demande le respect de l’égalité des traitements juridiques.
      Michel

  2. bernarddominik 08/08/2022 / 16:26

    Dans ce type de cas, pour que la justice intervienne, il faut qu’il y ait une plainte d’un particulier, or une plainte n’est acceptable que s’il y a préjudice.
    Le ministre de l’Intérieur est donc bien dans son rôle de maintien de la paix publique et des règles de vivre ensemble de la République, surveiller les prêches, les associations ne peut être faite que par la force publique. Ainsi, il y a 3 ou 4 ans, les loups gris, association turque, s’entraînait au tir à l’arme de guerre dans un camp discret. Darmanin a fait dissoudre cette association, mais n’a pu expulser ses membres protégés par la LDH, ils ont peut-être recommencé, à force d’invoquer les droits de l’homme pour les tenants du terrorisme, on a fait de la France le refuge de ces gens, dangereux pour les droits de l’homme. Face à cette contradiction, les tenants des droits de l’homme, droits dans leurs bottes, continuent de défendre les ennemis de nos valeurs. Je pense qu’il faut leur présenter l’addition, en les rendant responsables juridiquement des conséquences, ça les fera réfléchir