Comptabiliser au sou près…

… les dépenses de « MA » nouvelle campagne.

Précautionneux le va-t-en-guerre candidat à son renouvellement… Veut passer pour blanc de chez blanc sans enzyme glouton… MC

Pour Macron, Sarkozy est l’exemple à ne pas suivre en matière de gestion financière de campagne.

Laurent Saint-Martin, le rapporteur général du Budget de l’Assemblée, qui est aussi le trésorier de campagne du président-candidat, a prévenu, le 21 février, les autres cadres du parti : « L’objectif est zéro risque » Sa hantise : voir le compte de campagne retoqué par le Conseil constitutionnel, et devoir raquer. Comme Sarko en 2012.

Comme l’ex à l’époque, l’actuel chef de l’Etat devrait mener une courte campagne, avec un ou deux grands meetings d’ici au premier tour, le 10 avril. Et un troisième, en cas de qualif, avant le 24. En outre, Macron, selon un proche, « va surtout multiplier ce qu’il sait faire de mieux : les rencontres avec les Français », avec comme format type le « grand débat ».

Pour éviter les mauvaises surprises, Saint-Martin a rendu visite à deux reprises à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Il lui a été rappelé la jurisprudence Sarko, et notamment son fameux meeting à Toulon du 1er décembre 2011, deux mois et demi avant qu’il annonce officiellement sa candidature. Dans son compte de campagne, le mari de Carla n’avait pas inscrit le moindre euro dépensé ce jour-là.

Trois autres meetings ont fait débat. Il n’en a pas fallu plus pour que la CNCCFP puis le Conseil constitutionnel rejettent son compte et mettent à l’amende le candidat. Lequel avait été contraint d’organiser le célèbre « Sarkothon ». A vot’ bon coeur !

Le trésorier de Macron semble avoir retenu la leçon.

En privé, il l’a faite à son tour à ses petites mains. « Il y a, leur a-t-il indiqué, trois cas de figure : les déplacements du président, ceux du candidat et, enfin, les zones mixtes. C’est d’elles que provient le danger. »

Et de leur demander de « compter large » et de « ne surtout pas oublier que le plafond du premier tour est fixé à 16,8 millions et non pas à 22,5» (celui du second). Saint-Martin a d’ores et déjà identifié deux déplacements présidentiels passés qui pourraient être partiellement (au moins) imputables au candidat.

  1. Nice (10/1/2022), où Macron a vanté son bilan sécuritaire,
  2. Belfort (10/2/2022), où il a précisé son programme énergétique.

« Nous n’avons pas une visibilité parfaite de toutes les dépenses de campagne, confie au « Canard » un membre du bureau exécutif de LR-EM. Le MoDem, Territoires de progrès ou Horizons, par exemple, organisent des tractages, des réunions publiques, etc. Mais, nous, qui sommes dans la tour de contrôle, nous ne voyons pas toujours ce que font et dépensent nos formations satellites ».


Surtout si elles volent bas ! Article non signé. Le Canard Enchainé. 02/03/2022


Une réflexion sur “Comptabiliser au sou près…

  1. jjbadeigtsorangefr 05/03/2022 / 19:58

    Quand on a du fric à ne pas savoir quoi en faire, c’est vrai que c’est un souci de ne pas dépasser les limites permises. Les riches sont prêts à tous les sacrifices dès lors qu’il s’agit de soutenir leur candidat qui les a déjà rendus plus riches et qui va continuer à le faire s’il est élu.

Les commentaires sont fermés.