En effet, malgré des augures catastrophistes qui depuis une dizaine d’années annoncent la disparition du disque physique au profit du streaming, le marché de la musique ne semble pas condamné à la dématérialisation. Loin s’en faut.