Les « antiracailles », anti-intégrations.

Dans le sillage du Front National déjà très inquiétant, se cache toute une armée ultra-droitière encore plus inquiétante que la fille Le Pen. Avec ce genre de mouvement l’intégration est loin d’être gagnée. La suspicion, le délit au faciès, l’origine ethnique, etc., sont le fond de commerce. C’est à l’identique de 1940 et 45 : dénonciateurs anonymes, collaborateurs zélés, un ensemble de demi-sels trouvant dans ses réseaux un assouvissement d’autoritarisme déplacé. Toutes dérives, d’extrême gauche comme d’extrême droite, sont préjudiciables à toute société équilibrée. MC

Lire la suite