Reflexions-Analyses 1

§ 1 – Une intuition ?

L’époque à un problème avec l’altérité. Elle ne sait plus vraiment comment l’accueillir, l’accepter, nourrit avec elle, si articulée. Elle ne sait plus faire avec.

Les migrants, les virus, les pas comme nous, les pas de chez nous, les autres espèces, les autres genres ou les autres règnes : au mieux indifférence, angle mort, tâche aveugle. Au pire conjuration et rejet. Expulsion. Exil. L’aspect dominant et de fuir et chasser tout ce qui nous ressemble pas.

L’époque à un problème d’étoffe. Le tissu social se trouve et il defibre. Il ne se déchire pourtant pas, retenu qu’il est par l’intensité du maillage numérique et la laine synthétique des couvertures réseaux. Disons qu’il espace sa trame, ce tissu, ou qu’il fait dans la distanciation sociale, que la crise du COVID n’a pas inventé – qu’elle a juste y stérilisée.

L’Occident se dévitalise (bien plus qu’il ne s’effondre).

Et il se dévitalise parce qu’il se délie.

Le capitalisme est d’abord une agression générale sur le lien. « Voici le paradoxe mortel de l’économie. Être attaché, dépendant, contraint et forcé, à ce qui détruit les attachements » (Joseph Ravanel i Orra). Depuis deux siècles, la modernité est tranchante et sont selon moi coupé ou anesthésié…

  • nos liens aux autres (apolitisme, anomie sociale, égocentrisme, solitude…),
  • nos liens au cosmos (spiritualité dégradée, bricoler inexistante),
  • nos liens aux vivants, qui se trouve exploité, pillé ou défavorisé,
  • non liens au soi, qui sont effilochées numériquement entailler, et font de nous une sorte de marqueterie mal encoller des fragments dividuels.

Face a ces coupures, nous t’y sont en contrepartie un techno cocon en fil de soi[e] dont nous sommes les chenilles et dont nous dévorons le technome.

Ma sensation et que la vitalité d’un être, et plus précisément d’un corps, qu’il soit social ou individué, dépend de sa capacité à se confronter à son altérité.


Alain Damasio. Revue le crieur n° 20. Titre de l’article « Immunité partout, humanité nulle part ! » (Extraits)


Laisser un commentaire