À l’Élysée on félicite CNews

De mieux en mieux.

L’Elysée félicite CNews. Pascal Praud, la vedette de CNews, se glorifiait déjà de disposer d’informations de première bourre grâce à son « ami »Bruno Roger-Petit.

Il se paie désormais le luxe de lire à l’antenne les courriers énamourés que lui adresse le « conseiller mémoire » de Macron. Un conseiller qui en a visiblement peu. Depuis des mois, Bolloré est en guerre contre le même Macron ; sa chaîne CNews, transformée en « Zemmour TV », dézingue l’Élysée à tout-va ; et l’émission « L’Heure des pros » aligne les chroniqueurs droitiers anti-Macronie…

Lundi matin (22/11), « L’Heure des pros », donc, fêtait ses 5 ans d’existence. Roger-Petit, qui en fut un chroniqueur de la première heure (avant d’entrer à l’Elysée), était convié aux réjouissances. Mais c’est le coeur gros qu’il a écrit à l’animateur : « Cher Pascal Praud, merci pour votre invitation, mais, hélas, mes fonctions actuelles ne m’autorisent pas à participer à des émissions de télévision. » Elles l’autorisent, en revanche, à l’encenser !

Rose de plaisir, Praud a lu, « avec l’autorisation de Bruno Roger-Petit », la suite, fort instructive, du courrier élyséen. « Vous êtes désormais le journaliste politique le plus regardé de France », lui balance le conseiller, avant d’en rajouter : « Quand une émission rencontre le public, ce n’est jamais par hasard (…). Cette position vous confère une responsabilité et surtout un devoir : exercer votre métier en toute indépendance et dans le respect des consciences de vos téléspectateurs. » Ce qui n’aura échappé à personne…

En grand modeste qu’il est, Praud a poursuivi consciencieusement la lecture de sa lettre de félicitations, dans laquelle Roger-Petit explique combien sa contribution au décryptage de l’« exercice de la fonction politique »est grande.

Avant de glisser, sans rire : « C’est dire que, plus que jamais, au-delà des préjugés et passions tristes de l’époque, votre mission est d’informer. Informer avant toute chose, car, vous le savez mieux que quiconque : de nos jours, informer, c’est éclairer ».Même si le phare de gauche est cassé ?

Le plus sérieusement du monde, et tout fiérot, Praud s’est, lui aussi, mis à roucouler : « Ce que j’aime chez Bruno Roger-Petit, je le dis sans ambages, c’est sa culture et son intelligence ».

Et encore, l’animateur de CNews a eu la pudeur d’éviter de dévoiler le courrier jusqu’au bout ! « Le Canard », qui s’est procuré la missive, se fait donc un devoir de le faire à sa place, et sans l’« autorisation de Bruno Roger-Petit ».

La conclusion du conseiller de l’Élysée vaut le détour : « Puisse donc, tout au long de son existence, « L’Heure des pros » demeurer à l’heure des lumières. C’est tout le mal que je vous souhaite. Bien à vous. »

On aura tout lu !


Article signé des initiales C. N. – le Canard enchainé – 24/11/2021