Les causes de « ghettos » en France

Le premier ministre Manuel Valls avait lancé un mot fort « apartheid » quelques jours après les sanglants attentats de Charlie hebdo et de la porte de Vincennes. Des politiques et des journalistes ont conjointement analysés la valeur de ce mot et ils conclurent que le moment n’était pas de crisper plus avant les questions de la laïcité et du communautarisme, mais bien de s’attaquer a une véritable politique de la ville depuis trop longtemps délaissée.

Lire la suite