La Société générale aurait réalisé 1,8 milliard de profits sur les pertes attribuées à Jérôme Kerviel.

Notre enquête apporte de nouvelles révélations et permet de comprendre l’attitude de la banque au cours de la semaine du 21 janvier 2008. Trois interrogations surgissent : les 4,9 milliards que le trader est supposé rembourser ont-ils vraiment été perdus ? Quel a été le rôle exact de Daniel Bouton, pdg de la Société générale ? Le crédit d’impôt de 2,2 milliards octroyé à la banque est-il justifié ?