Pour une chercheuse américaine de l’université Stanford, l’ingrédient essentiel de “l’amour à la française” n’est pas le romantisme mais plutôt le plaisir sexuel, la souffrance, les liaisons extraconjugales, le papillonnage, les crimes passionnels, les désillusions et la violence.