Un texte à découvrir…

Une chanson qui a un sens… alors, faites l’effort de lire SVP

Je suis
Enfermé, à l’étroit dans ma cellule
Tous les jours le même café, mais c’est le temps qui est soluble
Ces bonnes actions que l’on regrette
Ces erreurs que l’on refait
Au parloir, je parle autant à mon fils qu’à mon reflet

Je suis
Gelé, j’enchaîne les verres et les hivers
Pour se rassurer les passants doivent tous penser que l’on hiberne
Bercé par le son des pas et le bruit des pièces dans les poches
Entre ce type et mon chien, je me demande de qui je suis le plus proche

Je suis
Riche, ils veulent me faire croire que c’est une honte
Comme si j’étais responsable de toute la misère du monde
Moi, j’dois rien à personne, même si l’argent vient à manquer
Ils veulent tous goûter au fruit de l’arbre que j’ai planté

Je suis
Malade, mais je préfère dire « futur soigné »
Mes pupilles fixent l’aiguille de la montre qui brille sur mon poignet
À l’étroit dans mon corps, je regarde le monde par le trou de la serrure
Les gens diront que je n’ai fait qu’agrandir celui de la Sécu

Je suis
Croyant, on me reproche souvent de l’être
On me reproche ma barbe, pourtant j’ai la même que Jean Jaurès
On me compare à des barbares auxquels je n’ai jamais cru
Les mosquées sont trop petites, alors parfois je prie dans la rue

Je suis
Un peu perdu, mes p’tits poumons se remplissent d’air
Nouveau venu sur Terre
Mes premières larmes déclenchent celles de mon père
Une chance, auprès de ma famille, je me sens à ma place
Mais je n’oublie pas que j’aurais pu naître dans la chambre d’en face

Je suis
Seul, au fond d’un couloir, on ne demande pas mon avis
J’ai pris de l’âge, donc voilà j’ai bien plus de rides que d’amis
J’aimerais partager mes erreurs, vous faire part de mes doutes
Parfois, je me parle à moi-même pour être sûr que quelqu’un m’écoute

Je suis
Épuisé, mais plus pour longtemps, j’en suis sûr
Les sonneries de téléphone, la pression, ont élargi mes blessures
Je me souviens pas de la date de mon dernier fou rire
Je suis un homme ; bientôt, je serai un souvenir

Je suis
Enfin là ; cette terre n’est plus un mirage
Je suis arrivé par bateau, mais surtout par miracle
Une nouvelle vie m’attend ici, bien plus calme et plus stable
Ce matin, j’ai écrit « tout va bien » au dos de la carte postale

Je suis
Fière ; mais comment vous décrire tout ce que je ressens ?
Quand je marche en ville, de moins en moins de gens me ressemblent
Dans l’ascenseur, je parle même plus la langue de ma voisine
À force de planter des arbres, y aura plus de places pour nos racines

Je suis
Fatigué, mal au dos et mal aux reins
Les rides sur mon visage me rappellent les montagnes de là où je viens
On m’a menti, et c’est trop tard que je l’ai compris
On dit qu’ce pays n’est pas le mien, alors que c’est moi qui l’ai construit

Je suis
Assis, et le destin a fait que je me relèverai jamais
Dans cet océan, j’ai l’impression d’avoir toujours ramé
Un casse-tête pour monter dans le bus
Aller au taff, passer leurs portes
Souvent les gens me regardent et me répondent que ce n’est pas de leur faute

Je suis
Heureux, jeune diplômé
Esprit bétonné, j’ai étonné
Ceux qui rêvaient de me voir abandonner
Ma famille est loin d’ici, j’espère que là-bas, ils sont fiers
Je viens de gagner le combat qu’avait commencé ma mère

Je suis
Confiante, je regarde ma classe un peu trop pleine pour moi
Et je leur tiendrai la main jusqu’à ce que la réussite leur ouvre les bras
J’ai compris que parfois, les adultes sont paumés
Parce que les plus grandes leçons, ce sont eux qui me les ont données

Je suis
Énervé ; dans mon quartier, on s’ennuie loin de la ville
On écrit, on prie, on crie et j’ai des amis qui dealent
Mon grand frère est au chômage, mon pote se fait 5 000 par mois
Au collège, c’est le bordel ; bientôt, je devrais faire un choix

Je suis
Loin ; ce qu’il se passe chez moi n’intéresse pas grand monde
Pour les autres, on vit un rêve, pourtant, souvent on tourne en rond
Tout est cher, avec le continent y a comme une latence
La plage, les palmiers, mais moi, je ne suis pas en vacances

Je suis
Discrète ; mon père m’a dit de ne pas faire de vague
Ma religion : un phare guidant mes pas depuis que j’ai mis les voiles
C’est drôle qu’ils me surveillent, mais qu’ils fassent tout pour
Me donner une leçon en m’empêchant d’aller en cours

Je suis
Inquiet ; envers ma foi, beaucoup de regards hautains
Je reçois des leçons par des types qui ne font rien pour leur prochain
L’humanité n’a pas plus de cœur, je vois le monde qui tourne et qui change
Et je suis triste de voir qu’il y a de moins en moins de gens le dimanche

Je suis
Amoureux, et je ne vois pas qui ça regarde
À part moi et celui avec qui je partage mon lit le soir
Je l’aime, on slalome entre les insultes et les blagues
Dire qu’il y a peu de temps, je n’avais pas le droit de lui offrir une bague

Je suis
Oublié ; mes fins de mois se font sur le fil
C’est devenu rare d’aller au restau ou d’aller voir un film
Je ne suis qu’un chiffre, qu’un vote, qu’une statistique, un point de plus dans la foule
Moi, je suis juste né ici et j’ai l’impression que tout le monde s’en fout

Je suis
Un rendez-vous, un hasard, un match de foot, un mariage
Une manif’, un anniv’, une accolade, une bagarre
Une scène de crime, un jugement, un gosse qui rit, une erreur
Une montagne enneigée, je suis la pointe de la plume d’un auteur
Je suis les pleurs d’un départ, je suis la chaleur des bars
Je suis une saveur cinq étoiles ou bien le gras d’un kebab
Les flemmards, les couche-tard, les lève-tôt
Les râleurs, les regards dans le métro
Un oncle raciste, un concert vide, la crise, la déprime qui ressert l’étau
Je suis l’excellence, l’élégance ou l’espérance d’une naissance
Ces campagnes dans le silence, ces grandes villes immenses si denses
Je suis, un peu de moi et beaucoup des autres quand j’y pense
Je suis… la France


Big Flo et Oli incarnent la diversité culturelle, religieuse, sociale et générationnelle dans « Je suis ». Plus qu’un discours sur la tolérance, ils se mettent à la place de chaque frange de la société dans ce texte.

Bien que l’égalité et la fraternité ne soient pas toujours au rendez-vous en France, les deux frangins ne prennent pas la posture de moralisateurs. Immigrés ou nationalistes, pauvres ou riches, nouveaux nés ou vieillards, musulmans, chrétiens, homosexuels, handicapés… les rappeurs illustrent la position d’un maximum de profils.

Ils présentent chacun de leurs personnages par un adjectif et décrivent son ressenti sans y apporter de jugement. Quelle que soit l’importance du problème soulevé, ils tentent de l’aborder de manière franche et honnête. Pour eux, c’est justement toute cette diversité, voir ces opposés, qui font la France.


2 réflexions sur “Un texte à découvrir…

  1. marie des vignes 03/08/2023 / 13h16

    Il est magnifique ce texte.
    Merci de l’avoir partagé, bon après-midi
    Amicalement
    MTH

    • Libres jugements 03/08/2023 / 14h11

      Merci Marie pour avoir pris le temps de lire ce texte de troubadours modernes auxquels bien des personnes pensent qu’ils ne sont que de vulgaires amuseurs. Ce texte démontre — si besoin était – que la jeunesse est attentive et concernée par la société, ce qui, entre nous, n’est pas si évident à croire/lire les médias.
      Amitiés
      Michel

Laisser un commentaire