Perversité enfantine

Ma Jolie

Petite fille a les yeux mouillés ce matin
Mais ce n’est pas la pluie
Ce sont ses petits copains
Qui lui disent qu’elle est grosse
Qu’elle est moche, qu’elle ne vaut rien
De la voir pleurer
Ça leur fait peut-être du bien

Elle noircit des pages
Elle écrit des poèmes
Qui parlent de voyages
Oublier les problèmes
Son cœur prend de l’âge
Mais ce n’est qu’une enfant
Tu prendras le large
Un jour évidemment

Tu verras ma jolie, ma jolie
Le bonheur est un présent
Que l’on retrouve quand on s’oublie, ouh
Tu verras ma jolie, ma jolie
Bientôt tu riras si fort
Que la terre tremblera d’envie
Va sans peur et souris

Petite fille a peur de rentrer dans la classe
Elle veut être invisible
Se fondre dans la masse
Pour elle, y a pas d’amour
Y a que des juges en cartables
Qui l’attendent dans la cour
De quoi est-elle coupable

Elle prend sa guitare
Pour s’évader un peu
Se fait des histoires
De princes merveilleux
Dessine des mirages
Avec ses yeux d’enfant
Tu prendras le large
Et la mort prend le temps

Tu verras ma jolie, ma jolie
Le bonheur est un présent
Que l’on retrouve quand on s’oublie, ouh
Tu verras ma jolie, ma jolie
Bientôt tu riras si fort
Que la terre tremblera d’envie
Va sans peur et souris

Petite fille est douée
Elle écrit des poèmes
Le soir sur son cahier
Elle se dit à elle-même
Tu verras ma jolie, ma jolie
Le bonheur est un trésor
Que l’on retrouve quand on s’oublie

Tu verras ma jolie, ma jolie
Le bonheur est un présent
Que l’on retrouve quand on s’oublie, ouh
Tu verras ma jolie, ma jolie
Bientôt tu riras si fort
Que la terre tremblera d’envie
Va sans peur et souris


Claudio Capéo