« Le Monde » et les propriétaires de médias

Milliardaires et médiavores


Le dernier avatar de la crise au « Monde » incite à rappeler une vérité prosaïque : une grande partie des médias français est contrôlée par une dizaine de milliardaires.

Qu’ils soient ultra-riches, comme Bernard Arnault (dont la fortune dépasse les 100 milliards de dollars), ou plus petits joueurs, ces amis de la transparence gagnent surtout de l’argent dans des activités plus lucratives que la presse… et souvent au sein de marchés régulés par l’Etat.

Ce n’est pas un hasard, évidemment, si trois des quatre rois des télécoms (Martin Bouygues, Xavier Niel et Patrick Drahi) ont croqué les médias les plus en vue de la République.

Comme l’a brillamment démontré Xavier Niel, rien de tel qu’une participation dans un journal aussi réputé que « Le Monde » pour être traité par le pouvoir en place avec déférence.

Jean-Luc Lagardère et Serge Dassault avaient naguère compris qu’un marchand d’armes dépendant des commandes publiques avait tout intérêt à contrôler au moins un journal ou une radio.

D’autant que l’influence politique ainsi acquise permet d’éviter des réformes désobligeantes pour les affaires. Dans l’époque récente, certains de ces patrons ont pesé sur l’abandon de l’imposition à 75 % par Hollande, sur l’amaigrissement de l’impôt sur la fortune ou sur le maintien du CICE par Macron. Et leur puissance les a parfois préservés d’inquisitions fiscales trop sévères.

Hormis l’allemand Bertelsmann (RTL, M6, « Geo », « Capital »,  « Gala », « Voici »…), l’américain Condé Nast (« Vanity Fair », « GQ ») ou encore le français Reworld Media (« Marie France », « Grazia », « Closer », « Biba », « Science et Vie »…), rares sont les groupes de médias sans autre activité que… les médias.

Désormais, parmi les quotidiens et hebdos « nationaux » d’information politique et générale, quatre seulement n’appartiennent pas à des groupes industriels ou financiers : « L’Humanité », « La Croix », « Charlie Hebdo » et, bien sûr, « Le Canard ». Voir le tableau ci-dessous.


Article signé des initiales O. B.-K. Le Canard enchaîné. 18/09/2019


Tableau réalisé par le Canard Enchainé

Les médias « presse » sous mauvaises perfusions !

Le bilan des aides publiques à la presse pour 2016 vient d’être rendu public par le ministère de la culture […] confirmant que comme les années antérieures, ce sont les plus riches qui ont fait main basse sur les plus grands titres de la presse quotidienne nationale, qui se partagent la plus grosse part des aides directes de l’État.

Lire la suite

Exporter la mort, une industrie qui fonctionne

Les extraordinaires résultats obtenus à l’exportation — entre 2012 et 2016, les ventes d’armes françaises sont passées de 4,8 à quelque 20 milliards d’euros — enchantent nos fabricants.

Lire la suite

Regroupement des médias …

… quelques îlots résistent …

Interrogée sur l’irruption fracassante de MM. Vincent Bolloré et Patrick Drahi dans l’univers des médias français, Mme Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication, a eu une réponse apaisée : « Un mouvement de concentration dans les médias peut être bénéfique s’il permet d’accompagner la transition des modèles liés aux nouveaux usages numériques. … Lire la suite