En dépit de la loi de 1905 instaurant la séparation des Églises et de l’État, la laïcité se trouve aujourd’hui menacée dans l’Hexagone. Alors que l’islam focalise l’attention des médias, des chapelles chrétiennes sont, dans les faits, à la pointe de l’offensive, en particulier à l’école.

Loyers inabordables, appartements indignes, pénurie de l’habitat… Autant de maux privant les plus fragiles d’un domicile décent et qui exigent une volonté politique ferme, celle de garantir à tous le droit d’avoir un toit.

Tous les combats sont à mener, entre autres celui de la laïcité, s’il n’est plus de première importance depuis la loi de 1905 le régissant, nous devons rester attentifs face aux différentes lois et décrets que les différents gouvernements ont introduits (ou plutôt réintroduits), ouvrant la laïcité à certaines exigences religieuses. Dévoyés ainsi l’esprit de la loi de 1905 doit faire l’objet d’un combat. Aucune représentation religieuse ne doit prédominer l’activité de la France et les Français, que ce soit au niveau scolaire, de la vie courante, dans les institutions, dans les délibérés de justice, etc.  MC

Franchement ce n’est pas que j’tiens à la messe, d’ailleurs j’suis athée grâce à Dieu. Par contre je suis farouchement contre l’ouverture des magasins le dimanche.

Passons sur l’hypocrisie des sondages sélectifs effectués dans la rue avec les sempiternelles questions insidieuses induisant une réponse obligatoirement positive quant à l’ouverture d’entreprise commerciale le dimanche. Le style : si vous pouviez faire les courses le dimanche en famille, les feriez-vous ? Oui je sais, les questions sont plus subtiles et quand je disais qu’elles sont plus insidieuses, je confirme. Reste que jamais la question est posée dans l’autre sens : si on vous obligeait à travailler le dimanche l’accepteriez-vous ? Et au finale, si tout le monde travaille le dimanche, qui se rendra dans les magasins le dimanche pour faire des achats ? Un dernier point quand même en direction de tous les croyants plus prompts à manifester contre le mariage pour tous et laisser la demande d’ouverture des magasins commerciaux suivre son cours, sans protestation ; oui je sais les intérêts sont différents, mais Dieu, quelle duplicité. MC

Quelques réflexions sur la situation délétère du pays et les vents mauvais qui y soufflent.

Notre pays est traversé par de multiples éléments de crise qui, s’ils s’assemblent, risquent de conduire à un désastre. Crise économique, crise sociale, crise identitaire, crise de la perspective, crise du sens, etc.

Travail du dimanche… de nuit et bientôt 7 jours sur 7 !

La droite ose toutes les régressions sociales, c’est même à ça qu’on la reconnaît, pourrait-on dire en paraphrasant les dialogues de Michel Audiard dans le film « les Tontons flingueurs », du cinéaste Georges Lautner récemment disparu.

Alors que l’hommage à N. Mandela est unanime, les dérobades d’« Invictus » sont à relever pour ne pas avoir une fausse idée sur la vie et les actions de Madiba.

Le choix de raconter l’après-apartheid à travers l’organisation par l’Afrique du Sud, en 1995, de la Coupe du monde de rugby, ne semble pas se justifier uniquement par sa cinégénie.

Invictus, réalisé par Clint Eastwood, témoigne aussi d’un credo idéologique peut-être inconscient, mais très caractéristique : faire tenir une société, ce n’est rien d’autre que lui offrir quelques satisfactions symboliques, en même temps que des modèles identificatoires qui stimulent l’initiative individuelle.

Au nom de la lutte contre les déficits publics, le gouvernement détourne des centaines de millions d’euros prélevés sur les retraités, qui devaient servir à l’aide à l’autonomie des personnes âgées.

Vers quelles solutions se tournera le gouvernement pour résoudre l’aide aux personnes dépendantes ? D’autre part la perte d’autonomie parfois totale pour certaines personnes, la souffrance intolérable, la dégradation physique et l’impossibilité de mouvement, devrait être légiféré pour laisser le libre choix d’interrompre sa vie. MC

Jean-Marc Ayrault a lancé, vendredi, la concertation avec les représentants des départements, des associations et des acteurs du secteur qui devra débouchez « avant la fin du premier trimestre 2014 », sur un premier projet de loi sur « l’adaptation de la société au vieillissement ».

En découvrant avec la crise bretonne que la faillite de son secteur agroalimentaire passait aussi par l’Allemagne où les salariés du secteur touchent de 2 à 3 euros de l’heure. Cette concurrence a même effrayé le très libéral FMI. Du coup, la création d’un SMIC est à l’ordre du jour. Mais elle provoque un « Kolossal » bras de fer entre patrons et monde du travail.

L’article ci-dessous tente à démontrer avec un peu d’audace que la France avait le au niveau européen une économie en 1929 à l’égal de l’Allemagne.

Bien que cette remarque soit tout à fait justifiée au premier examen il n’en reste pas moins que l’économie mondiale (qui malheureusement est aujourd’hui l’unique facteur de mesures de l’économie inter–État) n’était pas aussi prégnante, et surtout les diffusions des sautes d’humeurs des bourses mondiales, n’étaient pas scrutées, disséquées par l’ensemble des différents médias.

Si l’on s’en tient aux stricts faits d’histoires, le marasme financier dans lequel se trouvait dans ces années-là, l’Allemagne en particulier, rappelons-nous que c’est pour sortir de cette position financièrement intenable, que le gouvernement allemand en place organisera en sous-main à l’arrivée d’une dictature nazi et quelques années après, à la guerre de 40-45.

Plus que souhaité, faisons en sorte que la France ne prennent pas un chemin à l’identique de l’Allemagne en 1929. MC

Le dilemme…

La pression est forte sur un exécutif en panne.

Avec 21% d’opinions favorables, Jean-Marc Ayrault est désormais le premier ministre le plus impopulaire de la Ve République. Ça tangue fort au sein même du PS: « Il faut remplacer Ayrault d’urgence », dit le député socialiste Malek Bouhti.

Lorsqu’une société offrant un côté commercial pratique à l’acheteur, doit-il connaître l’entreprise auquel il passe commande. Vaste sujet.

À la base connaissant les conditions de travail, la façon dont l’entreprise évite (avec l’accord des autorités locales) de payer des impôts sur les sociétés, il n’y a aucune gloire -N’est-ce pas M. Montebourg, en Côte-d’Or, son fief- à être satisfait de l’implantation d’une telle entreprise dans son département. MC

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

AMAZON

Avec ses patrons célébrés par Hollywood, ses écrans lisses et ses couleurs acidulées, l’économie numérique évoque l’immatérialité, l’horizontalité, la créativité. Enquêter sur Amazon révèle une autre facette. Celle d’usines géantes où des humains pilotés par ordinateur s’activent jusqu’à l’épuisement.

La voracité des banques et des actionnaires pèse lourdement sur notre économie. Certains pleurnichent sur ce qu’ils appellent le « coût du travail trop élevé », c’est à dire les salaires et les cotisations sociales. Mais la vérité sur ce qui grève réellement la compétitivité des entreprises : le coût du capital.

Annette a travaillé en sous-traitance de 2009 à fin 2012 comme femme de chambre dans un hôtel 4 étoiles à Paris. Son contrat à durée indéterminée(CDI) à temps partiel prévoyait 4 heures de travail par jour sur une base mensualisée. Mais elle devait obligatoirement nettoyer de 18 à 25 chambres, alors que chaque pièce nécessite au moins 20 minutes de travail. (…)

La laïcité à l’école est attaquée, comme elle l’a été depuis la création de l’école publique, mais pas de la même façon qu’alors. Ses adversaires trouvent des espaces là où le service public d’enseignement ne se voit pas doté du projet et des conditions pour répondre aux questions de notre temps.

Allons-nous vers une nouvelle sélection des écoles qu’elles soient publiques ou privées en fonction des municipalités qui les auberges ayant la possibilité d’adapter financièrement le rythme scolaire et périscolaire. ? Allons-nous vers le démantèlement des écoles publiques intégrées aux villages, au profit d’établissements implantés dans des bourgs et qui poseront alors l’autre problème lié aux dessertes entre les villages et bourgs. MC

Si l’on en croit le ministère, nous avons vecu la première « rentrée de gauche ». Selon les instances gouvernementales nous aurions assisté même à une véritable « révolution » dans l’éducation nationale.