À partir de quel moment la démocratie a-t-elle un problème ? Peut-être lorsqu’il est plus facile de rencontrer un militant néonazi qu’un maire élu. Alors que la secrétaire municipale ne cesse de trouver des prétextes pour décliner les demandes d’interview, Tony Gentsch, lui, décroche à la première sonnerie.

Adoptée le 17 janvier 2021 par la majorité des membres du Conseil français du culte musulman et signée le lendemain à l’Elysée, la « charte des imams » risque de mettre en porte-à-faux les élus de tous bords qui draguent les voix islamistes. En particulier, le LR Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines et maître incontesté de Mantes-la-Jolie.

Au temps qu’il était jeune avocat, Arnaud Montebourg avait reçu une petite leçon de son mentor, Thierry Lévy. Ce dernier, après avoir bien observé son jeune collaborateur, l’avait pris par le bras et lui avait glissé « Vous gesticulez beaucoup trop. Imaginez qu’à l’arrière de votre robe il y a cinquante clochettes cousues. On ne doit pas les entendre tintinnabuler. » Cling, cling, cling…

Selon notre enquête, Bruno Le Maire a accordé en 2020 des prêts garantis par l’État à 45 très grandes entreprises pour un montant de 15,2 milliards d’euros. Si dans quelques cas, l’aérien ou l’automobile, ces prêts concernent des secteurs en difficulté, la plupart des bénéficiaires ont profité d’un effet d’aubaine.

Historienne spécialiste des États-Unis, maîtresse de conférences à Sciences Po et chercheuse associée à l’Université Harvard, Sylvie Laurent travaille depuis une dizaine d’années sur le racisme de la société américaine. Elle analyse dans son dernier livre, Pauvre Petit Blanc, le mythe de la dépossession raciale (éd. de la MSH, 2020), comment la victimisation d’une partie des classes blanches cache un projet politique identitaire.

… Va poindre le « Droit à la différenciation territoriale ? » ou encore a l’image des cantons suisses ou des landers allemand, l’exigence d’une autonomie au moins régionale amenant des disparités. C’est plus ou moins l’arrivée du chacun pour sa région … quitte a détruire l’unité de la nation … MC

Une bonne partie de la journée du jeudi 29 Octobre 2020, les différents médias auront consacrés leurs temps à deux informations … dont l’une a été plus qu’amplement, disséquée, analysée, montrée, racontée par le menu et confirmée par diverses interviewes publiques, jusqu’à être « honorée » de déplacement de membres du gouvernement, Macron en tête ; nous parlons de l’assassinat d’un sacristain et de deux paroissiennes à Nice.

La deuxième information « classée dans la rubrique » menace et non attentat (à postériori !) , a été petit à petit « oubliée » au fil de la journée, puis passer largement sous silence en soirée. Pourtant cette attaque par une personne qui appartiendrait (apprécier le conditionnel) à un groupuscule d’extrême droite, Génération identitaire, dont il s’est revendiqué.

Toutefois le protagoniste d’Avignon a été tué par « les forces de police » … Est-ce la fin normale et réglementaire d’ une simple attaque préconisée par le ministre de l’intérieur ou une nouvelle bavure policière … !

Le 18 avril 2002, c’est vieux mais rappelez-vous … trois jours avant le premier tour de l’élection présidentielle de l’époque, Paul Voise, un retraité d’Orléans, se fait agresser dans son pavillon. Les télés passent l’affaire en boucle, une chaîne d’info en continu la traite 19 fois dans une journée.