Ils ont sorti les bazookas contre les cheminots et la SNCF. On a pu voir à quel point cette semaine la presse de connivence s’est vautrée une nouvelle fois dans le combat contre les travailleurs de notre réseau ferré et le service public.

Suite à l’article « L’ordonnance Spinetta « paru dans ce blog  (lien) , j’ai reçu l’article ci-dessous qui éclairera sous un autre angle le déficit actuel de la SNCF qui … selon le grand Édouard, chef des Sinistres … doit être partagé …

En vous souhaitant bonne lecture. Merci à JJ. Bey.

Dominique Andolfatto, professeur de science politique à l’université de Bourgogne, décrypte les vives réactions syndicales suite à l’annonce par l’exécutif d’une réforme du cadre statutaire des agents publics. […]

Vu d’Allemagne.

En annonçant une réforme de la fonction publique, le gouvernement s’en prend à un tabou français et enclenche un processus périlleux, juge ce journal conservateur allemand.

Entre un discours présidentiel et gouvernemental axé sur l’amélioration de la situation économique et la réalité de leur porte-monnaie, les Français ne sont, à l’évidence, pas encore convaincus.

La scénarisation de la convocation du président de la SNCF par la ministre des Transports ne trompe personne. La ministre officiait il n’y a pas si longtemps au comité de direction de l’entreprise publique sous les ordres de G. Pepy. Elle connaît donc parfaitement la situation. Autant de battage autour d’une telle convocation en dit long sur les projets du pouvoir qui méprise ainsi au plus au point le statut même des cheminots.

SNCF 2 000 emplois supprimés

En réduisant les budgets de la SNCF l’état aggrave le réseau ferroviaire, supprime le fret rejetant les marchandises sur le camionnage, supprime les trains « transversaux », de nuit et les lignes déficitaires aux profits des cars Macron, a « refourgué » la gestion aux  régions des TER avec toutes les inégalités financières induites par les disparités économiques des régions et les dotations en baisses.

Capital (Emission de M6) relance dans une émission (certes ancienne mais au thème toujours d’actualité ….) encore la machine à fabriquer des fantasmes sur la retraite des cheminots. On nous montre le cas d’un collègue conducteur, parti à 52 ans et qui complète copieusement sa retraite en tirant des trains dans le privé.

Pour ajouter à cela, on nous sort une infographie annonçant un départ à la retraite à 52 ans et une moyenne de 1900€ de pension: le bonheur quoi !

  • Évidemment, pas un soupçon de recul et aucune analyse: « la retraite des cheminots, c’est la vie de château, c’est vrai puisque c’est vu à la télé ».

Aller, on va remettre le cerveau en route et regarder ce qui se cache vraiment derrière le régime spécial des cheminots.

Le visible et l’invisible.

Deux violences dos à dos. La violence physique visible, télégénique, médiatisée, exercée sur deux dirigeants d’Air France, contre la violence sociale invisible de 2900 suppressions de postes envisagées dans la compagnie.

La méthanisation permet de transformer les déchets organiques en biogaz et de produire ainsi une énergie renouvelable, le biogaz, qui peut ensuite être valorisé (électricité, chaleur, combustible). C’est un des moyens de valoriser les déchets organiques, en particulier ceux produits par les exploitations agricoles.

Il fut un temps ou la France étant dépourvue d’autoroute, les routes accidentogènes le plus meurtrières étaient les nationales bordées d’arbres. Les autoroutes ou les arbres n’étaient plus en bordures immédiates ont détourné l’attention sur cette pseudo dangerosité, puis se fut les passages à niveaux qui le devinrent, ensuite les bandes blanches, etc.

Vous remarquerez que lorsque l’actualité ne « produit » pas d’annonces sensationnelles nationales ou internationales, on nous ressort soit le danger des arbres en bordure des routes nationales, soit le mariage d’une tête couronnée ou la naissance d’un enfant d’une célébrité.

En un mot il faut alimenter les moutons et permettre aux commentateurs des différents supports de « remplir » les pages des journaux ou les créneaux horaires des medias audiovisuels. Bien évidemment pour meubler vaut mieux (ou à défaut de plus sensationnel) pourquoi ne pas parler des arbres accidentogènes car pour les patrons de medias, pour les annonceurs et le gouvernement (quel qu’il soit) pas question de « sortir » des reportages sur la misère produite par le productivisme libéral. MC

Tandis que Hollande et Renzi lancent les travaux de la ligne de train à grande vitesse Lyon-Turin, Erri De Luca comparaît le 16 mars, accusé “d’incitation au sabotage” pour s’être engagé dans la lutte contre la construction d’un tunnel de 57 kilomètres sous les Alpes.

Quelques jours avant que les deux chefs d’État, François Hollande et Sergio Mattarella, se retrouvent à Paris, le 24 février, pour le sommet annuel franco-italien, un nouveau document révèle l’ampleur des conflits d’intérêts touchant le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin.

Une campagne « Stop au racket ! » appuyée sur le nouveau dépôt d’une proposition de loi de renationalisation du réseau. Alors que le débat s’aiguise sur des sociétés concessionnaires jamais plus profitables qu’aujourd’hui, « il fallait au regard des profits réalisés, dénoncer un véritable racket à l’encontre des usagers d’autoroutes », dit André Chassaigne, député.

Ce n’est pas un secret, les services publics sont sous pression. Depuis trente ans, on nous dit qu’ils ne sont pas efficaces, que le privé est plus performant…

Vous connaissez sûrement la musique.

Pas un jour ne se passe sans qu’un membre de ce gouvernement ne réclame une réforme néolibérale de plus. Comme si les dégâts n’étaient pas assez importants avec un taux de chômage de plus de 10 % et une aggravation des inégalités, si bien que la pauvreté touche aujourd’hui en France près de 9 millions de personnes.

Fragiliser un peu plus les libertés

Le ministère de l’Intérieur et la police nationale inondent les rédactions de communiqués et de dossiers vantant leur dernier gadget : un œil électronique installé sur les véhicules des douanes, des policiers et des gendarmes, lisant automatiquement les plaques d’immatriculation des voitures dans la rue.

Dans le sillage du Front National déjà très inquiétant, se cache toute une armée ultra-droitière encore plus inquiétante que la fille Le Pen. Avec ce genre de mouvement l’intégration est loin d’être gagnée. La suspicion, le délit au faciès, l’origine ethnique, etc., sont le fond de commerce. C’est à l’identique de 1940 et 45 : dénonciateurs anonymes, collaborateurs zélés, un ensemble de demi-sels trouvant dans ses réseaux un assouvissement d’autoritarisme déplacé. Toutes dérives, d’extrême gauche comme d’extrême droite, sont préjudiciables à toute société équilibrée. MC

 Il faut apporter son soutien aux cheminots en grève, contre le projet de loi de réforme ferroviaire. « Le gouvernement prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d’une structure en doublon, mais prépare en réalité l’élargissement de l’ouverture à la concurrence exigée par l’Union européenne. Le ferroviaire est un enjeu stratégique national, une garantie fondamentale de la souveraineté de la France et de l’égalité des territoires ».

Il est à noter le silence assourdissant en provenance du Front National alors qu’il s’agit bien de la défense de la souveraineté de la France pour le transport ferroviaire. Ce parti qui clame qu’il faut conserver les industries et les entreprises françaises, n’hésite pas à condamner les grévistes. La duplicité du parti de Marine Le Pen et à dénoncer. MC