Le service de la com‘ Élyséenne a-t-il sciemment planté l’opinion publique en diffusant des sondages qu’ils savaient faux ou ces mêmes services, ont-ils cru à la véracité des sondages ?

Sans désigner cela comme du complotisme, disons que c’est de la stratégie électorale…

Voilà bien des questionnements après cette débâcle de démocratie. MC

Avant-propos :

lorsqu’en août 2018, libération consacrait cinq pages au témoignage et aux dessins de Najah Albukaï, incarcéré et torturé par le régime syrien, les « éditions Actes Sud » ont ressenti le besoin de partager notre sidération devant leur violence, autant que notre fascination devant le talent de l’artiste et la nécessité que cette œuvre soit exposée, éditer, accompagné de textes d’écrivains.

Cette fois, c’est du sérieux. Après la vente bidon montée avec le concours d’une (fantasque) milliardaire canadienne (« Le Canard », 12/5), le postulant au palais de Nanard n’est autre que François Pinault, troisième fortune familiale française. Il va se faire un plaisir de débourser 80 millions.

Depuis quinze ans, Gaza a subi cinq expéditions punitives : 2006 (« Pluie d’été ») ; 2008-2009 (« Plomb durci ») ; 2012 (« Pilier de défense ») ; 2014 (« Bordure protectrice ») ; et 2021 (« Gardien des murailles »). Israël a choisi ces noms pour mieux maquiller les assaillants en assiégés.

Les membres du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) ont été convoqués par courriel à une séance consacrée à la baffe reçue par Macron le 8 juin dans la Drôme.

Nous avons décidé de faire paraître cet article, non pas pour inciter quiconque à suivre ce qui semble être un infernal épisode social copié des États-Unis, mais afin que chacune–chacun prenne conscience de la détérioration amenée par tous ces produits dopants. Un bien triste phénomène qui ronge la société souvent en cause d’insécurité. MC