J’ai longtemps hésité à poster un article concernant l’affaire Vincent Lambert pensant sincèrement qu’il y avait lieu de laisser la famille directe ou rattachée par mariage, se prononcer seule sur l’arrêt des soins de ce patient totalement végétatif.

Henri Peña-Ruiz, maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris, ancien membre de la commission Stasi qui a donné lieu à la loi sur le port ostensible de signes religieux à l’école, il travaille sur les questions de laïcité et de justice sociale.

Ça y est j’ai trouvé … pour qu’il n’y ait plus aucun accident de la circulation il faut interdire tous les moyens de transports, poussettes comprises et demain si les chutes de piétons persistent, il sera interdit de sortir de chez soi … les sans-logis n’auront plus qu’à s’expatrier, les commerçants au demeurant pollueurs à fermer boutiques et les gens à mourir de faim chez eux. Les pompes funèbres seront remplacées par différents animaux nécrophages. Lorsque la connerie s’installe autant aller jusqu’au bout.

De l’humour a peine !

Adoptant le raisonnement de l’avocat de Le Pen, contre toute attente, la Cour d’appel de Douai vient d’annuler la condamnation de Marine Le Pen prononcée par le tribunal correctionnel de Béthune pour « manœuvre électorale frauduleuse ».

Pourquoi se gêner lorsque les magistrats de la Cour d’appel de Douai, en  accord avec les idées du FN, exonèrent ce parti de fautes pourtant condamnables. MC

L’article de Laurent Joffrin paru dans libération ce jour, offre au lecteur une compréhension de l’ambiguïté dans lequel travail les caricaturistes et journalistes de « Charlie hebdo ». Sans doute quelque grincheux lecteurs trouveront à redire, pourtant il me semble que pour une fois Laurent Joffrin a très bien analysé la situation de cet hebdo. MC

C’était beau comme une soirée électorale. Tous se félicitaient, les sondeurs s’étaient trompés, une fois de plus ; le PS résistait mieux que prévu, somme toute ; et Sarkozy poussait un immense soupir de soulagement. Lui avait gagné son pari : l’union UMP-UDI-Modem empêchait le FN de se proclamer “premier parti de France”.

Le brouillage sciemment organisé sur les enjeux de l’élection des conseillers départementaux, dimanche prochain, est partie intégrante d’une stratégie politique commune à la droite sarkozyste et aux tenants du pouvoir. La raison est double : droite et pouvoir en place rivalisent dans une compétition absurde sur les meilleurs « œuvriers » de l’austérité. En même temps, ils veulent faire des élections cantonales un match préparatoire des élections présidentielles.

Note:

C’est pas parce que vous allez lire une parodie qu’il faut dimanche prochain voter extrême droite. Tous les politiques ne sont pas des pourris, le plus grand nombre respectent leurs engagements, sachez les trouver dans ce flot de candidature pour les cantonales en sachant que cette élection est le premier maillon de la démocratie de proximité, celui qui s’engage sur le quotidien des besoins de la vie. S’abstenir équivaut à fermer sa gueule, à excepter tout et n’importe quoi ;  et puis le vote est l’expression de la démocratie, il ne faut pas perdre ce privilège. MC

Se voir agir, et saisir d’un même regard les circonstances qui nous font agir : cette distance au rôle est un trait commun à de nombreux observateurs critiques de la société. Combinée à la prise de notes quotidienne et à la faculté littéraire de rendre vivantes des situations, elle fait un écrivain. Tel Mustapha Belhocine, acteur et narrateur du vaste monde du travail précaire.

Dans la quatrième circonscription du Doubs, le Front national fait 49 % au deuxième tour. La digue entre l’UMP et le FN est rompue. Ce cataclysme a entraîné le mutisme des dignitaires de l’UMP. Toutes les forces politiques reculent sauf le FN. Quant au score de l’Autre gauche qui fut une alliance des partis du Front de gauche avec le NPA et le MRC. Cela fait 3,6 % !

C’est avec la loi Macron que les socialistes s’apprêtent à célébrer les quinze ans du passage aux 35 heures.

Une coïncidence qui en dit long sur leur déchéance idéologique, eux qui avaient mis en place les 35 h, les RTT, etc.