Sur les chaines auxquels je suis abonné, malgré les 2 h 40 annoncées, c’était à peu près le seul film jeudi 19 mai 2016, non coupé de publicité qui par son sujet en marge de la société, attirait mon attention. Xavier Dolan bénéficiant habituellement d’une certaine renommée, pour ses présentations de films marquants.

Depuis quelque temps, le conformisme dominant nous répète en effet ce credo : nous vivrions dans une société pacifiée qui aurait civilisé les rapports entre les sexes. Dans cet esprit, les agressions et harcèlements, que des militantes et élues du parti vert disent avoir subis de la part d’un de leurs leaders, Denis Baupin, ne seraient qu’une exception, ou une preuve de la difficulté du monde politique à accorder une place décente aux femmes.

Avec 35,5 % des voix, le FPÖ (extrême droite) arrive en tête du premier tour de l’élection présidentielle autrichienne. Les partis de la grande coalition au pouvoir, le SPÖ et l’ÖVP sont balayés : aucun n’accédera au 2e tour. C’est une nouvelle alerte pour l’Europe, le signal qu’un changement de politique est vital pour éviter le choc des nationalismes. Une alerte qui doit faire réfléchir en France.

Visiblement, lorsqu’il lance son « Hé oh la gauche ! », un peu comme s’il taquinait un vieux pote assoupi, Stéphane Le Foll, le saint Sébastien du hollandisme, ne songe pas à tous ces manifestants. Ni même à ceux qui ne sont pas dans la rue mais qui n’en pensent pas moins.

Parmi ceux qui défilent le 1er mai, combien savent qu’ils commémorent la grève sanglante du 3 mai 1886 aux usines McCormick de Chicago (USA), pour l’instauration de la journée de huit heures, et le meeting de protestation qui s’ensuivit le lendemain à Haymarket au cours duquel une bombe tua huit policiers.

Huit anarchistes furent arrêtés, quatre furent pendus,le 11 novembre 1887, avant d’être innocentés puis réhabilités publiquement en 1893.