Deux nouvelles ont confirmé, la même semaine, qu’une réorganisation majeure des droites européennes était en cours : le départ du Fidesz hongrois du Parti populaire européen (PPE) et la parution en français du livre Le Diable dans la démocratie (éd. L’Artilleur), oeuvre du penseur du parti polonais « Droit et justice » Ryszard Legutko, pour qui la démocratie libérale rejoint les aspirations totalitaires du communisme.

Les relations entre la France et la Turquie traversent, une nouvelle fois, une phase délicate. Si les crises, par le passé innombrables, ont toujours été suivies d’embellies, il est néanmoins loisible de constater, au fil des années, que l’accumulation des différends induit une dégradation tendancielle, dont la crise actuelle témoigne amplement. L’on peut craindre, dans ce contexte, qu’un ressort ait été cassé dans la relation entre Paris et Ankara qu’il sera long et difficile de réparer.

La situation humanitaire et sanitaire en Syrie demeure préoccupante, mise à mal par le veto russe et chinois à l’ONU pour le maintien de plusieurs points d’entrée d’aide humanitaire transfrontalière pour les quatre millions de personnes piégées à Idlib. Elle se conjugue à la pandémie de Covid-19 dont on n’appréhende guère la situation réelle dans le pays. […]

Tout écologiste bon teint, se doit de honnir tout ce qui provient du nucléaire (à juste raison ou pas ce n’est pas le sujet présent) et ne disent rien sur l’utilisation des métaux et terres rares, alors qu’ils produisent des dégâts au niveau de l’extraction, de la production et dont on ne sait pas, pour l’instant, comment s’en débarrasser. … MC

Le conflit libyen met en lumière les fragilités d’organisations internationales comme l’OTAN et l’ONU qui ne semblent avoir de prises sur les évènements, tandis que la récente altercation entre des navires français et turcs en Méditerranée fait surgir à nouveau les tensions entre Ankara et Paris, opposées sur la résolution de cette guerre et dont les intérêts divergent. Le point de vue sur la situation par Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS. Source

De façon assez surprenante, le Quai d’Orsay a salué le plan de paix sur le conflit israélo-palestinien du président Trump, qui vient pourtant enterrer la solution des deux États défendue par la France. Cette même France qui est pour beaucoup dans son émergence.

De façon assez surprenante, le Quai d’Orsay a salué le plan de paix sur le conflit israélo-palestinien du président Trump, qui vient pourtant enterrer la solution des deux États défendue par la France. Cette même France qui est pour beaucoup dans son émergence.

Pour beaucoup de Français malheureusement méconnaissant la géographie mondiale et surtout omettant la géopolitique, l’Iran n’est (formule un peu narquoise mais réaliste) n’est que la porte d’ouverture sur l’Asie et notamment bon nombre d’État ou la culture de l’islam est omniprésente, sans oublier que le Pakistan l’Inde ont la bombe atomique. MC

Les Kurdes, méchamment trahis par Donald Trump, avaient fourni les renseignements qui ont permis aux forces spéciales américaines de bien préparer leur opération et de régler son compte à Al-Baghdadi. Cette surprenante révélation et plusieurs précisions sur le raid US ont été transmises à l’Élysée, via l’état-major des armées, par la Direction du renseignement militaire.

« La France est en Libye pour combattre le terrorisme », proclamait Jean-Yves Le Drian dans « Le Figaro », le 3 mai. Vrai (des forces spéciales françaises ont traqué des groupes djihadistes dans l’est du pays), mais surtout faux.

L’ article ci dessous, paru dans « Le Monde Diplomatique » de Mars 1995, constituait un élément d’un dossier consacré au Rwanda explicitait parfaitement les « rouages », « intérêts », « tenants et aboutissants », de ce génocide.