On entend partout dire que le monde va mal, ce qui n’est pas faux, mais là où il va le plus mal et probablement le monde arabe. C’est qu’il est victime, pour son malheur, de deux fléaux à la fois, le despotisme et l’islamisme, chacun se justifiant par l’autre.

Aucune commission d’enquête parlementaire ne permettra de connaître le montant des extravagantes dépenses de la France en Afrique pendant plusieurs décennies et, depuis 2013, après l’envoi d’un important contingent au Sahel.

Depuis quinze ans, Gaza a subi cinq expéditions punitives : 2006 (« Pluie d’été ») ; 2008-2009 (« Plomb durci ») ; 2012 (« Pilier de défense ») ; 2014 (« Bordure protectrice ») ; et 2021 (« Gardien des murailles »). Israël a choisi ces noms pour mieux maquiller les assaillants en assiégés.

L’Editorial du « Monde Diplomatique » de juin 2021, signé de Serge Halimi a retenu notre attention. Il replace les faits du conflit Israëlo-Palestinien dans le bon sens nous semble-t-il, peut-être au grand dam de certains voulant-souhaitant quelques exterminations dans ce Moyen-Orient en fusion. MC

À peine la proclamation du cessez-le-feu officialisé, les rares médias couvrant l’evenement se détournent du conflit, privent le monde de reportage sur le terrain, d’explications sur la genese du conflit, voir denigrent les condamnations envers le belligérants.

Nous avons posté cet article afin d’essayer de comprendre la situation actuelle entre Palestiniens et Israéliens ; la guerre armée qui se profile avec son lot d’hécatombes de civils innocents. MC

Dénoncé par l’armée, un officier historien est visé depuis la fin 2019 par une enquête judiciaire pour violation du secret-défense, au sujet d’un simple document d’archive de la guerre d’Algérie.

Deux nouvelles ont confirmé, la même semaine, qu’une réorganisation majeure des droites européennes était en cours : le départ du Fidesz hongrois du Parti populaire européen (PPE) et la parution en français du livre Le Diable dans la démocratie (éd. L’Artilleur), oeuvre du penseur du parti polonais « Droit et justice » Ryszard Legutko, pour qui la démocratie libérale rejoint les aspirations totalitaires du communisme.

Derrière les pseudos succès dont le président américain, Donald Trump, peut se vanter au Moyen-Orient, on trouve une erratique diplomatie américaine, génératrice de multiples dangers, et qui n’a profité qu’aux autocrates de la région, estime Daraj.

Les relations entre la France et la Turquie traversent, une nouvelle fois, une phase délicate. Si les crises, par le passé innombrables, ont toujours été suivies d’embellies, il est néanmoins loisible de constater, au fil des années, que l’accumulation des différends induit une dégradation tendancielle, dont la crise actuelle témoigne amplement. L’on peut craindre, dans ce contexte, qu’un ressort ait été cassé dans la relation entre Paris et Ankara qu’il sera long et difficile de réparer.

La situation humanitaire et sanitaire en Syrie demeure préoccupante, mise à mal par le veto russe et chinois à l’ONU pour le maintien de plusieurs points d’entrée d’aide humanitaire transfrontalière pour les quatre millions de personnes piégées à Idlib. Elle se conjugue à la pandémie de Covid-19 dont on n’appréhende guère la situation réelle dans le pays. […]

Tout écologiste bon teint, se doit de honnir tout ce qui provient du nucléaire (à juste raison ou pas ce n’est pas le sujet présent) et ne disent rien sur l’utilisation des métaux et terres rares, alors qu’ils produisent des dégâts au niveau de l’extraction, de la production et dont on ne sait pas, pour l’instant, comment s’en débarrasser. … MC

Le conflit libyen met en lumière les fragilités d’organisations internationales comme l’OTAN et l’ONU qui ne semblent avoir de prises sur les évènements, tandis que la récente altercation entre des navires français et turcs en Méditerranée fait surgir à nouveau les tensions entre Ankara et Paris, opposées sur la résolution de cette guerre et dont les intérêts divergent. Le point de vue sur la situation par Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS. Source

De façon assez surprenante, le Quai d’Orsay a salué le plan de paix sur le conflit israélo-palestinien du président Trump, qui vient pourtant enterrer la solution des deux États défendue par la France. Cette même France qui est pour beaucoup dans son émergence.

De façon assez surprenante, le Quai d’Orsay a salué le plan de paix sur le conflit israélo-palestinien du président Trump, qui vient pourtant enterrer la solution des deux États défendue par la France. Cette même France qui est pour beaucoup dans son émergence.