… Voilà ce qu’affirmait le très droitier HuffPost sur le Web, cela vous permettra de faire un constat accablant : le problème des hôpitaux du service public étaient déjà en faillite avant la pandémie. Ce n’est que grâce au dévouement de son personnel qu’il a fait dans la majorité des cas, face aux affluent de malade de la Covid… mais l’« hôpital malade » n’est pas guéri pour autant… Il est toujours victime du manque de financement. MC

Rendons-nous dans les bureaux de votes, dans les isoloirs, exprimons nos souhaits pour un programme. C’est non seulement un droit acquit pour toutes et tous, par toutes et tous, mais aussi le signe que nous sommes encore en démocratie, fut-elle piétinée par tant d’années d’exercices d’un pouvoir réactionnaire n’entendant que détricoter les acquis sociaux. Et même si elles n’étaient que celles-là, voilà au moins des raisons de ne pas s’abstenir. MC

 

Jeudi 10 juin 2021, le président de la République a annoncé la fin de l’opération Barkhane, sept  ans après sa mise en place. Le lendemain, la ministre des Armées, Florence Parly, a toutefois précisé qu’il s’agissait d’un changement de dispositif et non d’objectif, dispositif qui sera révélé courant juin, lors du sommet de la coalition pour le Sahel à Bruxelles. Comment interpréter ce revirement militaire français au Sahel ? Le point avec Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS, responsable du programme Afrique/s.

Aucune commission d’enquête parlementaire ne permettra de connaître le montant des extravagantes dépenses de la France en Afrique pendant plusieurs décennies et, depuis 2013, après l’envoi d’un important contingent au Sahel.

Le RN a voulu devenir un parti normal… aussi est-il normal que son résultat soit normal ou normalisé à l’image de toute la classe politique… ce qui prouve bien que les électeurs ne croient absolument pas à une différence entre une gestion RN et la Macronie dans les Villages, régions et a fortiori la présidence française. Il est donc normal que l’abstention fasse partie des aléas de ce parti. MC

Le service de la com‘ Élyséenne a-t-il sciemment planté l’opinion publique en diffusant des sondages qu’ils savaient faux ou ces mêmes services, ont-ils cru à la véracité des sondages ?

Sans désigner cela comme du complotisme, disons que c’est de la stratégie électorale…

Voilà bien des questionnements après cette débâcle de démocratie. MC

Cette fois, c’est du sérieux. Après la vente bidon montée avec le concours d’une (fantasque) milliardaire canadienne (« Le Canard », 12/5), le postulant au palais de Nanard n’est autre que François Pinault, troisième fortune familiale française. Il va se faire un plaisir de débourser 80 millions.

Les membres du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) ont été convoqués par courriel à une séance consacrée à la baffe reçue par Macron le 8 juin dans la Drôme.