Au sortir de la guerre les plus anciens se souviennent hélas des achats qu’ils pouvaient faire dans les épiceries. Les produits étaient vendus pour la plus part au détail -en gramme ou en kilo, en quart, demi ou litre, a l’unité ou en paquet. Certes les tickets de rationnement en étaient responsables mais également une grande pauvreté. Les commerçants détaillaient leurs produits en fonction de l’argent dont disposaient la ménagère. Aujourd’hui avec la récession organisée par ceux qui détiennent l’argent et son pouvoir, quelques grandes familles et des banques, nous faisons un retour de 60 ans en arrière alors que les salariés n’ont jamais, par leur travail, produit autant de richesses. MC

Mieux qu’un long discours, expliquant les raisons de s’opposer à ce traité (TSCG), l’excellent article en forme de récit des journées des universités d’été du Medef, ces prises de parole, les commandements qu’il contient, détaille les intérêts divergents de chacun. Je vous invite à lire intégralement cet article. MC.

 

Pour cela la Ministre du logement C. Duflot, « a la solution : céder gratuitement les terrains que l’état possède encore ». Rien que ça !

  1.   C’est terrains appartiennent à l’état donc à chaque contribuable.
  2.  pour construire des logements sociaux manquants dans de nombreuses villes : oui
  3.  pour autant pas question de « donner » le droit de construire à d’autres entreprises que les Offices publiques des HLM organisme municipal, départemental ou national.
  4.  Non à l’exploitation de logements locatifs par des entreprises privées.

MC

 

Porté par François Brottes, président de la commission des affaires économiques, une proposition de loi sur la tarification progressive de l’énergie et de l’eau doit être déposée ce mercredi à l’assemblée. Même s’il s’agit d’une réforme qu’elle appelait de ses vœux, France Nature Environnement est surprise par le calendrier qui la place en amont de la conférence environnementale et du débat sur l’énergie. FNE s’inquiète également de la portée sociale de cette réforme qui, à l’image de la réduction du prix des carburants, risque d’être assez limitée.

Le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé dans le mois a augmenté au mois de juillet 2012 de 41 300 (+ 1,4 %), pour atteindre 2,987 millions de personnes, selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail. Il s’agit de la plus grosse flambée enregistrée depuis avril 2009, année noire s’il en est.

 

Le dossier médical personnalisé qui devait être le garant de soins suivis et permettre de faire des économies substantielles à la SS est en réalité un gouffre financier parce que traité par des organismes privés d’une part et ne remplit pas sa fonction d’autre part puisqu’il ne « couvre » pas la totalité des assurés. Notons que ces 71 M€ seraient mieux utilisés dans les caisses exsangues des hôpitaux publics.

C’est bien l’enfer personnifié, le chaos pour les ouvriers et les salariés, que ce traité que veut nous imposer Hollande et son gouvernement.

Ce nouveau traité européen (TSCG) imaginé par le duo Sarkozy Merkel où Merkel Sarkozy -ce qui revient au même- n’est bon que pour assurer le libéralisme le plus débridé dans l’union européenne. Il instaure l’austérité pour les salariés qui devront payer l’addition pour que vivent sur leur dos, banquier et actionnaires divers.

Cette chronique écrite d’Allemagne, dans une revue « internationale » donc a diffusion au moins européenne,  replace la France et les Français dans le contexte européen avec un zeste affiché de teuton, donneur de leçon en matière de gestion d’état bien dans l’esprit d’Angela, reine de l’euro guerroyant elle uniquement pour l’industrie Allemande.
Une chronique que l’on déteste ou que l’on aime suivant sa culture et son attachement à une idée de la société, mais une chronique qu’il faut lire pour comprendre l’état d’esprit de certain rédacteur bien pensant du libéralisme a outrance.
MC

J’avais reçu un mail (voir) qui m’a révulsé par son style dénonciateur à la mode de 1941, Vichy. C’est le genre d’écrits déjà maintes fois utiliser et diffuser via le net envers les députés ou sénateurs (avec l’argument trop payer, même pas présent dans les hémicycles) produit par un/des obsédé-s de la droite (voire de l’extrême droite) soucieux de dénigrer, disculper qui une profession aujourd’hui, qui demain leur origine ethnique ou leurs appartenances à un parti. 1941 nous y revoilà.

Pour ma part lorsque je lis un article je ne me réfère; comme critère de valeur, ni au nom de l’auteur, ni au nom de l’éditeur.
Je considère qu’il y a des affirmations juste dans tous les articles, éditoriaux, différents textes, et que c’est au lecteur -et au lecteur seul- de se faire SON opinion à travers ses connaissances, ses engagements.

Toutefois, tous articles -et combien y en a-t-il eu ces deniers mois pré et post électoraux (comme lors de toutes élections a caractère nationales ou européennes) sur les salaires de tels classes élus, PDG, sportifs, etc.- ne sont jamais impartiaux et toujours destinés à la vindicte d’une certaines population non regardante ou peu renseignée.

Plutôt que de lancer en pâture les « hauts » salaires de telle « classe » devrait ont dénoncé le scandale -le mot n’est pas trop fort- des salaires de misère,  de l’emploi a 1/4 de temps, de salaires payer pour 40 h travaillées ne permettant pas de vivre decemment … alors que certains dirigeants d’industries voient leurs émoluments franchir des seuils indécents qu’aucun ouvrier ne saurait gagner tout une vie de labeur.

Fort heureusement j’ai reçu un mail d’une personne relevant et dénonçant cet abus d’utilisation des réseaux sociaux à des fins discriminatoires hier envers les élus, aujourd’hui une profession, et demain je n’ose y penser … déjà qu’arabe, noir, rom sont stigmatisés !

Je vous livre sa prose-mise au point

Le lecteur sera sans doute content de constater que le PIB de la France n’est pas en récession. « Récession » terme qui alimenterait, à n’en pas douter, les décisions du gouvernement pour imposer un sérieux tour de vis au pouvoir d’achat des Français qui, assurément, n’en ont pas besoin. N’étant pas dans ce cas, le gouvernement hésite aux vues de ces résultats, à jouer la carte du libéralisme, prôné par Bruxelles, avec ses plans austéritaires.

Dans le même temps récession ne veut absolument pas dire « gel » de tous les prix, hélas ! Chaque acheteuse, acheteur, constate journellement l’envolée des prix à la consommation ; un des exemples les plus honteux et celui de l’énergie, pétrolière au/et gazières dont les augmentations ne servent qu’à enrichir les actionnaires.

Si l’on entend parler de nombreuses faillites des producteurs alimentaires, agriculteurs, éleveurs en tête, il n’en est rien des industriels de cette branche, grossistes comme hyper ou supermarché…

Connaissez-vous le livre « au bon beurre » de Jean Dutourd – En France, sous l’occupation allemande, les propriétaires de la crémerie « Au bon beurre » s’enrichissent grâce à la misère des autres -? Ce n’est pas la guerre « traditionnelle 40-45 » certes, mais celle économique d’aujourd’hui y ressemble. MC

Affronter le FN c’est d’abord combattre clairement ses thèses et le dire.

Projet contre projet.

«Il s’agit de tisser à nouveau des liens de solidarité entre toutes ces catégories qui sont mises en concurrence et divisées. Et bien évidemment, donner un élan beaucoup plus fort à un projet alternatif qui puisse prendre le contrepied du projet du FN, mais aussi de celui de la droite française , […] capitaliste qui tente de créer les conditions nécessaires pour faire en sorte que le capitalisme, à bout de souffle, ne s’éteigne pas. L’immigration est accusée d’être à l’origine de la crise. […] Il ne s’agit pas de combattre l’émigration mais de lui apporter une réponse.[…]

 

Le problème fondamental qui se pose n’est pas uniquement « vivre », mais « comment vivre en ayant les moyens de construire son bonheur », car survivre ne suffit pas… Au premier rang est donc le fait de se nourrir correctement sans être l’otage d’une minorité dominant la société. Car on peut affirmer qu’il n’y a pas de démocratie sans être maître de son propre destin.

Sur cette voie, le concept de souveraineté alimentaire désigne le droit des populations, de leurs États ou Unions, à définir leur politique agricole et alimentaire afin de l’adapter au mieux aux besoins des individus qui composent leur population.

Après le recul massif de ces dernières décennies, le redressement productif est à l’ordre du jour. Mais le défi reste posé: comment industrialiser en intégrant la responsabilité sociale et environnementale?

Inverser la courbe trentenaire du déclin. Opérer le « redressement productif », selon l’intitulé du ministère d’Arnaud Montebourg.

Un demi-million de Français cumulent retraite et emploi

J’entends d’ici tel humoriste droitier (si il y en a !! Heu !) disant dans une (noire) réplique destinée à faire rire un public fortuné avide de mots cruels, vivement que la totalité des retraités fainéants soient obligés de travailler et que l’on ait plus à cotiser la part patronale pour eux ! MC

Moyens des syndicats, égalité professionnelle, évolution de carrière, rémunérations, décentralisation… Autant de sujets sensibles qui seront discutés à la rentrée entre le gouvernement et les syndicats. Le 26 juillet, la ministre Marylise Lebranchu a exprimé la « reconnaissance » de l’État envers les fonctionnaires.

« C’est une nouvelle façon de travailler, mais très sincèrement, on attend la suite. » A l’image de Patrick Rué, secrétaire général FO des fonctionnaires territoriaux de Marseille, les syndicats de fonctionnaires saluent le dialogue restauré entre les agents publics et le gouvernement. Mais lui demande aujourd’hui d’agir.