Les années 1990 ont été, en Amérique latine, celles des transitions. Transitions de dictatures vers la démocratie. Transitions de guerres internes vers la paix et ses compromis. En 2019, 2020 et 2021, on entend un autre son de cloche : violences policières, violences populaires, contestations en tout genre bousculent des régimes présentés pendant longtemps comme des démocraties modèles.

À peine la proclamation du cessez-le-feu officialisé, les rares médias couvrant l’evenement se détournent du conflit, privent le monde de reportage sur le terrain, d’explications sur la genese du conflit, voir denigrent les condamnations envers le belligérants.

 […] Quoiqu’il nous ait été répété de manière lancinante depuis des années, la non-résolution de la question palestinienne marque toujours de sa centralité les évolutions politiques au Moyen-Orient. Ces derniers jours le prouvent amplement.

Nous avons posté cet article afin d’essayer de comprendre la situation actuelle entre Palestiniens et Israéliens ; la guerre armée qui se profile avec son lot d’hécatombes de civils innocents. MC

Les attachés militaires en poste à l’ambassade de France à Washington s’intéressent, comme c’est leur rôle, au budget du Pentagone. Ils ont ainsi transmis à l’Elysée, via l’état-major des armées, le contenu d’une note que le président américain venait tout juste d’adresser, le 9 avril, aux élus du Congrès.

Tant de choses ont été dites sur l’accident nucléaire de Tchernobyl qu’il faut accueillir toutes les informations le concernant avec beaucoup de questionnement et dans l’article ci-dessous particulièrement, nous pourrions nous étonner entre autres qu’il fût investigué et rédigé par une Américaine, par contre nous n’avons aucune connaissance pour dire leurs exactitudes. Certes, la Russie n’a jamais été un exemple de clarté dans l’information… ceci explique peut-être cela. MC

Avant-propos. Nous tenons à avertir les lecteurs. Nous ne sommes ni scientifique de renom, ni virologue, en l’état de nos connaissances sur ce sujet provenant uniquement des affirmations (certes croisées) des médias, il nous est impossible de dire si l’article ci-dessous est un fake news, ou le début d’une vérité, d’une explication. MC

Si on veut se préparer à la prochaine pandémie, il est fondamental de comprendre l’origine du Sars-CoV-2, « sinon on risque de rejouer le même scénario », alerte Étienne Decroly.

Sur le plan intérieur, on ne peut que se réjouir de la politique de relance du nouveau président américain. Celui que Donald Trump surnommait Sleepy Joe pendant la campagne électorale surprend aujourd’hui par l’audace et la rapidité avec lesquelles il enchaîne les plans de relance, plus colossaux les uns que les autres.

Depuis le putsch, les opposants à la junte birmane demande le retrait de l’entreprise pétrolière et gazière, Total, dont l’activité alimente indirectement les caisses de l’armée. Aujourd’hui, selon Justice for Myanmar, l’entreprise serait même la principale source de revenus de la junte.

Dans les établissements scolaires, le virus circule activement, confirmé au vu des résultats des tests salivaires ou du nombre de classes fermées.

Deux nouvelles ont confirmé, la même semaine, qu’une réorganisation majeure des droites européennes était en cours : le départ du Fidesz hongrois du Parti populaire européen (PPE) et la parution en français du livre Le Diable dans la démocratie (éd. L’Artilleur), oeuvre du penseur du parti polonais « Droit et justice » Ryszard Legutko, pour qui la démocratie libérale rejoint les aspirations totalitaires du communisme.

Le lundi 8 mars 2021 restera à n’en pas douter une date clé de la vie politique au Brésil. En déclarant que le tribunal de Curitiba (État du Parana) n’était en fait pas « compétent » pour juger l’ancien président du Brésil (2003-2011), Luiz Inácio Lula da Silva, dans quatre affaires présumées de corruption, en annulant de ce fait, pour cette raison de procédure, les condamnations de l’ancien président et en rétablissant l’ensemble de ses droits politiques, le juge de la Cour suprême (Tribunal suprême fédéral, TSF) Edson Fachin a projeté le pays dans une nouvelle situation politique.

Ils ne sont que 11, mais ils commercialisent près de 60 % des médocs dans le monde. Leurs chiffres d’affaires s’échelonnent de 20 à 73 milliards de dollars, pour Johnson & Johnson, numéro un devant Roche et Pfizer. Et ces géants tentent parfois de s’entre-dévorer.

… mais quels salopiauds ces rosbifs … dixit Macrounet … ou de la com’ destinée à détourner l’incurie gouvernementale … une gestion désastreuse de la pandémie …