Fin de vie

Les lobbies cathos affûtent leurs armes pour empêcher une loi sur l’euthanasie.

Après la convention citoyenne sur la fm de vie, qui s’est tenue de décembre 2022 à avril 2023, et alors qu’un projet de loi est annoncé d’ici à la fin de l’été, plusieurs organisations mènent un intense lobbying, avec des actions relayées par la presse – sans que celle-ci précise toujours l’obédience catho tradi des campagnes.

Ainsi du collectif Soulager, mais pas tuer, qui, en avril dernier, a lancé un appel et organisé des rassemblements dans quelques villes. Ce collectif est constitué de plusieurs associations, dont Alliance Vita, des ultraconservateurs connus pour leur opposition virulente à l’IVG. Ils s’étaient fédérés en collectif en novembre 2014, lorsque François Hollande avait relancé le débat sur la fm de vie.

Plus tôt, en février, c’étaient 13 sociétés savantes et associations de médecins qui s’opposaient catégoriquement à l’euthanasie, dans un texte publié dans Le Figaro.

À l’origine de cette prise de position, la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (Sfap), société savante, mais surtout militante, elle aussi trustée par des cathos conservateurs, et qui a une influence considérable puisqu’elle forme une grande partie du personnel médical en soins palliatifs (1).

La Sfap a lancé une vaste campagne, « Osons vivre », appuyée par un site Internet, des affiches dans le métro représentant une famille entourant un proche à l’hôpital et des messages à relayer sur les réseaux sociaux pour créer le buzz.

S’ajoute le lobbying des Associations familiales catholiques (AFC). Nous vous parlions dans Charlie no 1500 de leur influence et de leur entrisme dans plusieurs collectivités publiques. Elles ont été à la pointe dans la lutte contre le mariage pour tous, affrétant nombre de trains pour rejoindre les manifestations. En mars, elles aussi ont créé un site dédié à leur combat – Ensemble, pour la vie – avec un Manifesto dans lequel elles lancent un « cri de guerre ».

Sur le même site figure un appel à écrire à son élu, avec plusieurs modèles de lettre, et ce conseil : « Nous vous recommandons de les personnaliser avec, par exemple, un témoignage personnel sur la fm de vie d’un proche. Dans un tel contexte, l’émotion est une force ! » D’après un autre mail qui fait le bilan, 1 500 lettres auraient été envoyées.

La patronne des AFC, Pascale Morinière, publie clans le même temps une tribune dans La Croix à grand renfort de références à la famille destinées à faire peur : « L’euthanasie ou le suicide assisté, s’ils venaient à être légalisés, seraient des armes de destruction des liens familiaux, déjà souvent ébranlés par la fragilité des liens conjugaux. »

Toutes cathos tradis qu’elles sont, les AFC se font modernes : elles ont collaboré avec des « influenceurs cathos ». Parmi eux, Padreblog, 22 000 abonnés sur Instagram, tenu par cinq prêtres dont certains de l’ultraconservatrice communauté de l’Emmanuel.

Un autre relais, Le Catho de service, 10 000 abonnés sur YouTube, ose des comparaisons totalement alarmistes, estimant qu’à l’instar de l’avortement, qui serait maintenant la première chose proposée à une femme enceinte, un jour, l’euthanasie sera la première chose que l’on proposera à un malade qui arrivera à l’hôpital…

« Ne donnons pas un droit à mourir partout, car il deviendrait un devoir de mourir », dit-il encore, élément de langage que l’on retrouve systématiquement dans les discours tenus par ces organisations.


Laure Daussy. Charlie hebdo. 31/05/2023


  1. charliehebdo.fr/2022/04/societe/soins-palliatifs-les-soignants-refusent-dappliquer-la-loi-2

4 réflexions sur “Fin de vie

  1. christinenovalarue 17/06/2023 / 13h19

    J’avoue que, catho ou pas, je crains un mauvais usage et le dévoiement d’une telle loi.

  2. bernarddominik 17/06/2023 / 16h37

    C’est incroyable comment quelques cathos fachos veulent imposer leur point de vue à tout le monde, alors qu’en aucun il n’y a d’obligation, la liberté est visiblement une notion qui n’est pas dans leur dictionnaire

  3. Anne-Marie 17/06/2023 / 19h20

    « La liberté de mourir ou de vivre est la dernière et ultime liberté d’un individu, il est intolérable que la réponse à ce choix soit le fait d’autrui.
    Que ceux qui sont contre ne la pratique pas; je ne leur impose pas mes choix philosophiques et leur demande de faire de même. »

Laisser un commentaire