Santé-Médicament

Des plaintes contre un puissant antibiotique

Une dizaine de patients s’étant vu prescrire des fluoroquinolones devrait porter plainte cette semaine à Paris. Ils souffrent « d’effets indésirables parfois graves et potentiellement irréversibles ».

  • Qu’est-ce que les fluoroquinolones ?

C’est une famille d’antibiotiques disponibles depuis une trentaine d’années, indiqués dans le traitement de plusieurs types d’infections bactériennes, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). En France, ils sont commercialisés sous les noms Ciflox, Tavanic, Ofiocet, Izilox, Décalogiflox ou encore Quofenix.

  • Quels sont leurs effets indésirables ?

L’ANS M évoque des « atteintes du système nerveux », des « troubles neuro-psychiatriques », « une affection du système musculo-squelettique », ou encore des « effets indésirables cardiaques très rares mais graves ». Ces symptômes peuvent se manifester « dès les premières 48h et jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt du traitement », précise l’agence sanitaire. Certains ont même un caractère « potentiellement irréversible ».

  • Qu’en disent les autorités sanitaires ?

Au Canada et aux Etats-Unis, des restrictions d’utilisation ont été mises en place dès 2016. Chez nous, il a fallu attendre 2018-2019 pour que l’Agence européenne des médicaments réévalue le « rapport bénéfice/risque » de ces médicaments. Leurs indications thérapeutiques ont depuis été considérablement réduites. Par exemple, ils ne doivent plus être prescrits pour prévenir la diarrhée du voyageur ou des cystites non compliquées.

  • Cette recommandation est-elle respectée ?

« En France, les médecins bénéficient d’une liberté de prescription. Ils ont donc la possibilité de prescrire un médicament en dehors de son AMM (autorisation de mise sur le marché, NDLR) », précise l’ANSM. Et force est de constater que nombre de praticiens continuent de donner des fluoroquinolones à leurs patients, parfois sans les informer de leurs potentiels effets indésirables. D’après Philippe Coville, le président de l’Association d’aide et d’information sur les effets délétères des fluoroquinolones (AREEDF), interrogé par Franceinfo, « six millions de personnes ont été empoisonnées en France en quatre ans ».

  • Pourquoi des plaintes vont-elles être déposées ?

Face à la « négligence » de certains médecins, mais aussi pharmaciens, Philippe Coville a décidé de porter plainte en octobre. Il devrait être rejoint cette semaine par une « dizaine d’autres patients » qui « ont consommé des antibiotiques de la famille des fluoroquinolones et souffrent d’effets indésirables parfois graves et potentiellement irréversibles ». Ces patients espèrent, par ces plaintes pour « blessures involontaires » et « tromperie aggravée », obtenir l’ouverture d’une enquête par le pôle Santé publique du tribunal judiciaire de Paris « afin de centraliser les investigations ». Et ainsi exposer ce qu’ils estiment être un scandale sanitaire.


Laisser un commentaire