Sondages

… des « sondeurs » sont en bateau, l’un d’eux tombe à l’eau… Mais, Allo, quoi !

Chargée de contrôler le sérieux des enquêtes d’opinion, la Commission des sondages manque elle-même de « sérieux », accuse l’un de ses neuf membres, le professeur Alain Garrigou, qui vient d’en claquer la porte. Fin décembre, l’universitaire s’est fendu d’un courrier de quatre pages au garde des Sceaux et à la présidente de la Commission ; il y annonce sa démission et dit tout le mal qu’il pense de cette institution, dans laquelle il a pourtant siégé cinq ans et demi en tant que « personnalité qualifiée ».

Cyber-plantage

Garrigou accuse notamment la Commission des sondages d’être devenue une simple « instance de ratification ». Il lui reproche d’énoncer « des contre-vérités scientifiques énormes » et de cultiver une trop grande proximité avec les instituts qu’elle est censée contrôler.

C’est la lecture du rapport d’activité de la Commission pour 2022 qui a convaincu ce chercheur connu pour ses critiques acerbes des sondeurs, de démissionner. Selon lui, ce document reprend « tous les arguments» des professionnels en faveur des enquêtes d’opinion effectuées directement sur Internet.

Installées dans le paysage depuis plus de dix ans, celles-ci font pourtant régulièrement l’objet de réserves de la part de nombreux universitaires. Ces derniers dénoncent, entre autres, leur opacité et les risques de manipulation liés à l’absence de contrôle sur les panels de répondants, recrutés en ligne en échange, parfois, d’une faible rémunération (« Le Monde », 5/11/21).

De fait, le rapport d’activité (pas encore publié mais sur lequel « Le Canard » a mis sa palme) balaie toutes les critiques. La Commission estime ainsi que « la méthode qui combine l’Internet et la panélisation » permet d’obtenir des « performances prédictives C..) plus que satisfaisantes ».

Du niveau de ses glorieux prédécesseurs (en « face à face » et par téléphone) si clairvoyants sur les scores de Le Pen, Jospin, Chirac, etc. ? Lors de la dernière présidentielle, ces cybersondages se sont en tout cas joliment plantés sur les scores de Zemmour, Pécresse et Mélenchon…

Mais Garrigou, qui s’est senti mis en cause par ce rapport, a donc préféré quitter le navire, quelques mois seulement avant la fin de son mandat. Et il glisse volontiers ce petit conseil pour réformer la Commission : « la supprimer» !


Article signé des initiales J. C. Le Canard enchaîné. 18/01/2023


Une réflexion sur “Sondages

Laisser un commentaire