Témoignage.

« On était tous au black. Et ça, Stuart ne pouvait pas l’ignorer ».

Le tribunal judiciaire de Paris statue ce jeudi sur les soupçons de travail dissimulé chez les coursiers de Stuart. 


Nous avons recueilli le témoignage d’un livreur.

« Au bout du bout, les vraies victimes de ce système, c’est nous, les livreurs. Déjà parce qu’on est mal payés. Sur les rapports hebdomadaires envoyés par Stuart, on s’aperçoit que l’on touche parfois 600 euros. Mais, à cette somme, il faut enlever les 25 % que prend « l’artisan » (le donneur d’ordres – NDLR), l’entretien du véhicule parce qu’on utilisait nos voitures personnelles, l’essence…

C’est nous qui payons tout ça. Sans parler des contraventions, parce que, parfois, pour livrer, on se gare où on peut. […] Pour s’en sortir, il fallait faire du chiffre. […]

Le pire, c’était ces dernières années, avec la fin des BMG (bonus minimum garanti) et des plannings. Je me suis retrouvé parfois dans ma voiture à fixer mon téléphone trois ou quatre heures durant, à attendre que l’appli Stuart envoie une notification, propose une course. C’est un sacré stress. […]

[…] J’ai beaucoup livré pour Franprix, des produits frais, des surgelés, tout ça dans ma voiture personnelle pas du tout réfrigérée. Quand j’y repense, ça ne faisait pas très pro. Ça n’a pas empêché Stuart de me prélever plus de 100 euros directement sur mon chiffre d’affaires pour me facturer leur uniforme… Mais je suivais les directives de la plateforme. On ne choisissait rien. […]

On était tous au black. Et ça, Stuart ne pouvait pas l’ignorer. […]

Quand j’ai répondu à l’annonce, pour devenir chauffeur en 2016, je ne savais pas que c’était au black. Ils m’ont recruté. J’ai commencé à travailler, puis je me suis bien aperçu que je n’avais ni contrat, ni fiche de paie, ni facture. Rien. Mais de l’argent tombait sur mon compte chaque semaine. J’ai été pris dans le système.

Aujourd’hui, je galère dans l’intérim, je ne vais pas dire que tout va bien, mais je suis quand même soulagé d’en être sorti.»


Pierric Marissal. L’humanité. Source (Extraits)


Note : La Poste entre autres, a usé, utilisé, délégué grandement à ce service de « portage » de colis. Un procès est en cours. Pour autant, avec les nouvelles normes distributives de La Poste, ce type de délégation aux privés, se généralisera certainement. MC


Une réflexion sur “Témoignage.

  1. bernarddominik 16/01/2023 / 21:24

    Une société malade de l’appât du gain.

Laisser un commentaire