Cécité morale d’intellectuels

Nous sommes à l’automne 1978.

Sartre et Foucault se pressent à Neauphle-le-Château pour rencontrer l’ayatollah Khomeyni. L’opposant au chah d’Iran a établi ses quartiers dans cette petite ville paisible des Yvelines (78). Contraint de quitter l’Irak, où il avait passé quatorze ans d’exil, il est arrivé en France en ce mois d’octobre 1978.

C’est donc dans le jardin d’une petite maison de Neauphle-le-Château (que les Iraniens ont renommée « Téhéran bis ») que Khomeyni va organiser la destitution du chah. Sous les pommiers, il fait la prière collective, il prêche, et reçoit les journalistes et les intellectuels français toujours en attente d’une révolution, dix ans après 1968. Khomeyni va utiliser la dynamique de la contestation en Iran pour renforcer sa position religieuse, et ainsi devenir le leader politique qui réunira toutes les oppositions au chah.

Pour rallier l’opinion internationale à sa cause, Khomeyni a besoin des intellectuels français, qui à l’époque font l’opinion. Le pouvoir du chah dépend du soutien des États-Unis. Leader de la lutte anti-impérialiste, Jean-Paul Sartre est président du Comité pour la défense des prisonniers politiques iraniens ; avec Simone de Beauvoir, il prend fait et cause pour Khomeyni le libérateur. Ils se sentent iraniens comme ils se sont sentis algériens. L’ayatollah est leur nouveau Che Guevara.

Mais ce sont les prises de position de Michel Foucault qui vont avoir le plus grand retentissement. Professeur au Collège de France, Foucault pèse sur le débat intellectuel. Intéressé par une expérience de soulèvement, il se rend en Iran à deux reprises, en septembre et en novembre 1978. Entre-temps, il rend visite à Khomeyni à Neauphle ; et de fait, il se joint à la campagne de communication du chef religieux : dans ses articles publiés dans Le Monde, Foucault est enthousiaste. Il décrit un peuple iranien unanime.

Banaliser une théocratie en train de s’établir

Foucault pense trouver en Khomeyni l’incarnation de son idéal anti-État. Dans un article publié le 15 novembre 1978, il invente pour l’occasion un concept : les Iraniens auraient soif de spiritualité politique. Ainsi, le philosophe français, auteur d’une magnifique Histoire de la folie à l’âge classique et d’une Histoire de la sexualité décapante, participe à la banalisation d’une théocratie en train de s’établir. Alors que l’on sait à ce moment-là que l’équipe de Khomeyni tient un double discours : aux journalistes et aux intellectuels, l’ayatollah parle droits de l’homme, assurant que même une femme pourra diriger la république islamique ; et dans le même temps, il promet aux Iraniens un retour à un islam rigoriste régissant toute la société.

Les intellectuels français avaient longtemps hésité à critiquer le Parti communiste, pour ne pas faciliter la tâche de l’Amérique ; alors ils n’allaient pas maintenant pinailler sur la religion. C’est l’argument d’un Badiou déclarant à propos du génocide cambodgien qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs – c’est le même Badiou qui justifiera les assassinats politiques en France en janvier 2015, en soutenant qu’ils servent la révolte des opprimés dans les banlieues. Un Khmer rouge, un mollah ou un terroriste islamiste, tout est bon contre le grand Satan américain. Les communistes iraniens également, en s’alliant à Khomeyni, pensaient arriver à leurs fins en utilisant l’islam, qui mobilisait plus largement que le marxisme ; ils pensaient reprendre le pouvoir dans un second temps. Mais ils ont été éliminés dès le retour de Khomeyni à Téhéran, en février 1979.

En mars, le Comité international du droit des femmes, présidé par Simone de Beauvoir, se rend à Téhéran, mais se heurte à l’obligation de porter le voile pour rencontrer Khomeyni. La fête est finie. Marguerite Duras, qui habite Neauphle-le-Château depuis déjà une vingtaine d’années, et qui a participé à de nombreux combats à gauche, a ignoré son voisin de circonstance. Elle a continué à écrire, à faire des filins et à voyager.


Yann Diener. Charlie hebdo. 04/01/2023


Dessin de LP, Faisant partie du concours organisé par Charlie hebdo contre la dictature iranaise.

Une réflexion sur “Cécité morale d’intellectuels

  1. bernarddominik 06/01/2023 / 09:50

    Oui un sacré aveuglement. Mais on retrouve les mêmes à la nupes estimant que le voile libère la femme.

Laisser un commentaire