Tentative de putsch?

L’Allemagne échappe à sa prise du capitole

Le 7 décembre, 3 000 policiers allemands ont été mobilisés sur tout le territoire germanique pour appréhender 25 personnes impliquées dans une tentative de prise du pouvoir par l’extrême droite, en particulier par des membres des Reichsbürger (« citoyens du Reich »).

Le complot est à la fois sérieux (le renseignement allemand estime à 20 000 les Reichsbürger, prompts à entreposer des armes) et un brin allumé, puisque les conjurés, parmi lesquels une citoyenne russe, comptaient sur l’appui du Kremlin pour mettre au pouvoir un prince de la famille Reuss, laquelle régnait jusqu’en 1918 sur une partie de la Thuringe.

Homme d’affaires sans affaires précises, mais menant grand train, désavoué par sa famille, qui n’appartient pas â l’extrême droite, connu pour ses convictions complotistes et anti-vaccins, Heinrich Reuss avait oublié deux choses : l’attachement des Allemands à la démocratie et l’absence totale de mouvement monarchiste outre-Rhin.

Le plan des conjurés ? Commettre des attentats contre les institutions allemandes, et notamment une prise de contrôle par les armes du Bundestag, le Parlement. Une sorte de remake de la prise d’assaut du Capitole, à Washington. Des militants allemands adeptes du complotisme façon QAnon ont d’ailleurs été interpellés. Fait important, l’éparpillement géographique des interpellés : il y a eu 130 perquisitions dans 11 Lânder allemands, et même une en Autriche et une autre en Italie. On note une concentration des interpellations dans le Land du Bade-Wurtemberg, dans des endroits frontaliers de la France.

Un complot à la fois sérieux et un brin allumé

Certes, comme leur nom l’indique, les Reichsbürger croient que la République allemande est illégitime et que, juridiquement, le Reich n’a jamais cessé d’exister. Théorie commode pour satisfaire les néonazis (le Ille Reich aurait été forcé par les Alliés de capituler) tout comme les nostalgiques de l’empereur prussien du Ife Reich. Mais bien peu sont de vrais royalistes. Comme les « citoyens souverains » aux États-Unis, ce sont surtout des gens en sécession vis-à-vis de l’État.

Ils refusent de payer des impôts, se sont mobilisés pendant la pandémie de Covid-19 contre les mesures sanitaires, ne reconnaissent ni la souveraineté des tribunaux ni la validité des documents officiels tels que permis de détention d’armes ou de conduire, papiers d’identité, etc. Ils considèrent enfin que les Alliés occidentaux (France, Royaume-Uni et États-Unis) ont gardé sur l’Allemagne une tutelle, même après la fm de leur occupation du pays, en 1955.

Un des aspects les plus inquiétants du complot est qu’il n’implique pas que les Reichsbürger. Il y a aussi des militaires, dont un lieutenant-colonel de réserve, et une ex-députée berlinoise du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), Birgit Malsack-Winkemann, par ailleurs magistrate. Sa défaite électorale en 2021 ainsi que son implication dans la diffusion d’infox pendant la pandémie semblent l’avoir radicalisée, selon un processus assez classique qui fait des partis d’extrême droite présents clans les Parlements des garde-fous contre les dérives activistes, ceux qui en partent ou sont battus dans les urnes n’ayant, au contraire, plus aucune raison de ne pas aller au bout de leurs idées antidémocratiques.


Jean-Yves Camus. Charlie hebdo. 21/12/2022


Une réflexion sur “Tentative de putsch?

  1. bernarddominik 22/12/2022 / 18:42

    Excellent article. Une affaire étonnante et détonnante

Laisser un commentaire