Sélection…

À la COP15 de Montréal, les représentants de 196 pays se battent à coups de crochets.

Ces lignes sont les premières de la fameuse « cible 3 », celle qui vise à mettre sous protection 30 % de la surface de la Terre. Pas moins de 43 crochets en une vingtaine de lignes ! Chaque crochet est un chiffre ou un concept qui fâche, sur lequel les délégués des 196 « parties » (195 pays et l’Union européenne) n’ont pas réussi à se mettre d’accord lors des réunions préparatoires qui ont eu lieu cette année à Genève puis à Nairobi. D’ici à la fin de la COP15, ils doivent y parvenir, et à l’unanimité s’il vous plaît, sur chacun d’eux. Que de choix cornéliens !

Exemples.

  • [30 %], ou un autre chiffre ? Il y a des chances que ce 30 % l’emporte, même si les scientifiques conseillent de passer très vite à 50 %…
  • [au niveau mondial] ou [au niveau national] ? Ça change tout. Protéger 30 % au niveau national, c’est contraignant : le pays signataire sera susceptible de rendre des comptes en 2030. Si le crochet [mondial] l’emporte, chacun fait chez lui comme il veut…
  • « soient [effectivement] conservées » ? Si [effectivement] est supprimé, pas besoin de faire un dessin.

Les autres textes sont à l’avenant, tous farcis de redoutables crochets. Sur les 22 « cibles » en discussion (les objectifs à atteindre d’ici à 2030, rédigés à partir des plus solides études scientifiques), il y en a au moins quatre qui fâchent plus que les autres.

Cible 7 : elle vise à réduire les pesticides. Certains pays veulent une réduction de 60 %. Le Brésil, l’Argentine et tous les pays agro-exportateurs sont contre. Les pays africains aussi eux veulent s’y mettre dare-dare, aux pesticides ! D’après les observateurs, « cette cible a très peu de chances de survie ». Ce sera déjà une victoire, disent-ils, si au lieu d’un vague texte promettant une vague réduction l’accord se fait sur un objectif chiffré, genre 10 %. C’est dire.

Cible 13 : il s’agit de partager les bénéfices issus des ressources génétiques. Les pays riches sont déjà allés partout récupérer les séquences génétiques des plantes médicinales traditionnellement utilisées par les communautés autochtones. Ils comptent bien en tirer des médicaments sources de juteux profits (ne jamais oublier que la miraculeuse aspirine vient tout bêtement de l’écorce du saule !). Les pays du Sud se sentent lésés et réclament « un partage juste et équitable » des royalties. Pas gagné.

Cible 18 : réduire « d’au moins 500 milliards de dollars par an » les « subventions néfastes », qui s’élèvent à 1 800 milliards par an et arrosent l’agriculture non durable, la pêche, les énergies fossiles. Encore moins gagné !

Cible 19 : celle par laquelle les pays du Sud demandent à ceux du Nord d’augmenter de 100 milliards les flux financiers en leur faveur pour protéger la biodiversité. Déjà très débattue lors des réunions préparatoires, cette cible risque d’entraîner des prolongations de la COP (fin prévue le 19 décembre). Sur le thème : si vous ne nous donnez pas assez d’argent, on ne signe pas la cible phare sur les 30 % d’aires protégées !


Jean Luc Porquet. Le Canard Enchaîné. 14/12/2022


Laisser un commentaire