Présence de livres

Toute l’année 2022, le livre a secoué l’événement.

Il aura secoué l’événement par la puissance littéraire ou politique d’ouvrages d’auteurs et les bouleversements dans le monde de l’édition.

  • Ce fut d’abord en janvier le choc de l’enquête « les fossoyeurs » de Victor Castanet (prix Albert Londres), dévoilant l’univers des EHPAD et dont le retentissement fut tel qu’il renforçait le gouvernement à se pencher sur le sujet. Une réédition augmentée est annoncée. Dans le même temps le livre aura forcé l’entreprise à réviser ses jugements, comportements vis-à-vis des résidents.
  • Ensuite, l’OPA de l’ogre Bolloré sur Hachette, une OPA menaçant l’équilibre et l’indépendance du secteur, ouvrant un mercato d’éditeurs et d’auteurs qui va se poursuivre en 2023. Ce sera sans doute l’occasion de l’ouverture de nouvelles officines éditrices ou la reconnaissance de petits éditeurs individuels.
  • Les bisbilles au sein de l’Académie Goncourt, encore, éclatant au moment de l’attribution du prestigieux trophée, « Vivre vite » de Brigitte Giraud, l’emportant sur le livre plus politique « Mage du Kremlin » de Giuliano da Empoli.
  • L’attribution du Nobel à Annie Ernaux, sacre ultime pour une autrice dont la littérature aura toujours été aussi intime que social…
  • L’écho médiatique réservé au premier concours des détenus créés par les CNL (Centre National du Livre) à la suite des propos du chef de l’État qui avait fait de la lecture une « grande cause nationale » – alors que 13 millions de Français n’y ont pas accès en raison des difficultés d’apprentissage, de handicap, d’isolement, etc. –, est décerné le 15 décembre 2022 à Sarah Jollien-Fardel pour « Sa préférée », une histoire de reconstruction après une longue maltraitance, est venu redire à quel point le livre à sa place partout.
  • Flammarion accueille tous les auteurs recalés voulant échapper à l’emprise Bolloré. Précédemment le dictionnaire historique et humoristique de Nathalie Gendrot et Guillaume Meurice, avait été bloqué avant parution au motif de passage du livre susceptible d’un risque « de contentieux pour injure et/ou diffamation » paraîtra chez Flammarion le 1ᵉʳ mars 2023 sous le titre « Le fin mot de l’histoire. 201 expressions pour épater la galerie ».

D’après un article du Télérama signe de Valérie Ledoux N° 3806. 21/12/2022


Les livres, la lecture, c’est le savoir et par conséquence, son libre positionnement. MC


2 réflexions sur “Présence de livres

  1. christinenovalarue 22/12/2022 / 11:06

    Fort heureusement, le lecteur reste encore libre de ses choix… Jusqu’à quand ?

    • Libres jugements 22/12/2022 / 13:50

      Tant qu’il restera des éditeurs indépendants Christine, et à condition bien évidemment qu’ils aient la possibilité de faire de la communication (mais le pourront-ils (alors que les maisons d’édition sont détenues par deux–trois personnes « cadenassent » le marché) et d’engranger des autrices–auteurs pouvant accéder à un certain renom, ne serait-ce que le bouche-à-oreille. Finalement, la force de l’édition réside dans son pouvoir de faire grace à la communication, de vendre certains titres, voir certains auteurs ne méritant absolument pas lecture.
      Amitiés
      Michel

Laisser un commentaire