La folle semaine de Twitter

L’ex-champion de la liberté d’expression… n’en est plus un !

À quoi joue Elon Musk ?

La question se pose depuis son rachat de Twitter, sa décision de virer la plupart des employés, et la série d’expérimentations chaotiques qui s’en étaient suivies. Elle se pose encore davantage après la folle semaine que vient de connaître le réseau social américain, dont les règles semblent désormais varier avec humeur du patron.

Tout a débuté mercredi, lorsqu’Elon Musk à fermer le compte d’ @ElonJet et d’une vingtaine d’autres comptes suivants les jets privés des milliardaires. Peu après, Twitter modifiait son règlement afin de justifier rétroactivement cette décision, bannissant désormais le « partage de localisation en temps réel ». Le milliardaire, chantre d’une liberté d’expression absolue, avait pourtant assuré début novembre que ce type de compte ne serait jamais interdit.

Le lendemain, Musk publiait une nouvelle règle interdisant le « doxxing » (autrement dit le fait de divulguer des données personnelles à des fins malveillantes) avant de lancer, vidéo de son visage à l’appui, c’est 122 millions de followers aux trousses d’un homme qui aurait suivi la voiture d’un de ses enfants à Los Angeles.

Quelques heures plus tard, le compte d’une dizaine de journalistes américains du New York Times, du Washington Post, ou de CNN, était brusquement suspendu – décision applaudie par les membres de l’ultradroite américaine et du mouvement QAnon (vers lequel Musk multiplie ces derniers temps les appels du pied).

La provocation de trop ?

« Il y a des lignes rouges. Et des sanctions, bientôt », avait menacé Véra, Jouranova, vice préside de la commission européenne, alors que les Nations Unies y voyaient une dérive inquiétante.

Les comptes des journalistes concernés ont depuis été rétabli. Celui d’ @ElonJet , tenu par un étudiant de 20 ans que Musk menacent désormais de poursuites, était samedi toujours suspendu. Le milliardaire semble aussi s’acharner sur Mastodon, un réseau décentralisé considéré comme la principale alternative à Twitter

Des caprices inquiétants.

Cette semaine, Musk a été déchue de son titre d’homme le plus riche du monde, doublé par Bernard Arnault. Il n’apaise plus que « 163 milliards », moitié moins que l’an dernier. Dans le même temps ces deux sociétés Telsa et SpaceX, ont dévissé en bourse. Quant à Twitter la plupart des gros annonceurs ont prient la fuite, les équipes ont été décimées, et le fait de faire payer une certification pour l’utilisation de Twitter rebute les utilisateurs. Les médias outre-Atlantique sont partagés entre l’écroulement du réseau ou sa transformation en royaume de l’ultradroite.


Jean-Michel Lahire. Le Dauphiné Libéré. 18/12/2022


Selon Huffington Post du 19/12/2022. Michaël Szadkowski. Source (Extraits)

°°°°°°° *** °°°°°°°

C’est une décision abrupte prise par les équipes d’Elon Musk.

Les utilisateurs de Twitter n’ont désormais plus le droit de promouvoir leur présence sur de nombreux autres réseaux sociaux, a annoncé l’entreprise dans une dernière mise-à-jour de ses règles d’utilisation publiée dimanche 18 décembre 2022.

Concrètement, Twitter promet désormais la suppression de chaque tweet contenant un lien vers une autre publication faite sur Facebook et Instagram, mais aussi d’autres plateformes moins connues comme Mastodon, Truth Social, ou encore Tribel, Nostr, et Post.

Les équipes du réseau social d’Elon Musk promettent aussi de potentiellement supprimer les comptes « créés principalement pour promouvoir du contenu sur d’autres réseaux sociaux ». Enfin, les comptes Twitter n’ont plus le droit d’avoir en biographie de liens vers les plateformes mentionnées.

[…]


Une réflexion sur “La folle semaine de Twitter

  1. Pat 19/12/2022 / 19:18

    La solution est facile à trouver.

Laisser un commentaire