Dangereux personnages !

Derrière une campagne de dénigrement se cache la frange la plus en vogue de la complot-sphère : Idriss Aberkane et Xavier Azalbert, patron du désormais sinistre « France-Soir ».

Leur but ?

Prouver que le milieu journalistique de vérification des faits, est une « officine » régie par l’État, « conçu pour discréditer les ennemis du pouvoir ». Rien que ça

Pour ce faire, les deux compères ont trouvé un témoin de premier choix : Malika Daoust, ex compagne d’Antoine Daoust, egalement ex-cofondatrice de Fact & Furious, un site indépendant et sérieux de fact-checking. Elle accuse ce dernier de violences conjugales, mais aussi d’être un exécutant au service du « clan ».

Il n’en fallait pas plus pour exciter les attaques de théories farfelues : dans la foulée, Aberkane se retrouve au micro d’André Bercoff, sur « Sud radio », histoire de rajouter une couche.

Las Antoine Daoust devant l’impossibilité de riposter à ce déchaînement de harceleur, se voit contraint de fermer son site.

Mais comme cela ne suffisait pas, le cofondateur de Fact & Furious a eu droit, selon Check-news, à la visite, puis à des appels téléphoniques d’un proche de Xavier Azalbert, qui lui enjoignait de lui vendre sa société, sous peine de représailles. Une opération rondement menée par le duo, et relayée par d’autres figures influentes de la mouvance complotistes : Didier Maïosto, Didier Raoult, Thierry Casasnovas…

Cette affaire sordide mène à une simple question : qui complote vraiment ?


Lorraine Redaud. Charlie Hebdo 07/12/2022


Laisser un commentaire