La polissonne !

Il n’est pas de plaisir superflu

Eve a goûté, sucé, mordu
Le succulent fruit défendu
Le bonheur vaut la réprimande

Ulysse n´est pas revenu
Et Pénélope n´en peut plus
Vite, un homme pour la gourmande!

Profitons de l´instant, saisissons le présent
Osons, ne restons pas inertes
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!
En été, en automne, en hiver, au printemps
Entrons si la porte est ouverte
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!

Elle est si bonne l´eau, Jésus!
Quelle idée de marcher dessus?
Viens te baigner, rejoins la bande!

Jeanne est pucelle à son insu
Elle a tout donné, rien reçu
Du bûcher qu´on la redescende!

Profitons de l´instant, saisissons le présent
Osons, ne restons pas inertes
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!
En été, en automne, en hiver, au printemps
Entrons si la porte est ouverte
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!

Trois… (Quatre!)

Vive la barbe et les barbus
Allons au bois monsieur Landru
Envers vous ma confiance est grande

Dans les tranchées, sous les obus
« Sus à l´ennemi » crie le poilu
La Madelon en redemande

Profitons de l´instant, saisissons le présent
Osons, ne restons pas inertes
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!
En été, en automne, en hiver, au printemps
Entrons si la porte est ouverte
Quand le Monde court à sa perte
Il n´est pas de plaisir superflu!

Pendant qu´il traque la morue
Sa femme drague dans nos rues
C´est le sort du pêcheur d´Islande

Ciel, votre mari s´est pendu!
Madame, pas de temps perdu
N´attendez pas qu´il se détende

Profitons de l´instant, saisissons le présent


Juliette


Laisser un commentaire