Ne pas en faire un plat…

… il y a tant d’ingrédients indigestes !

Du flirt avec Zemmour à la présidence du parti LR. Jadis cantonné en marge la plus droitière de son camp et à ses obsessions pour la sécurité et l’identité, Éric Ciotti a été élu président du parti Les Républicains, en construisant, contre toute attente, une candidature rassembleuse. Un profil adopté temporairement pour cette élection ou un changement… qui serait très étonnant du « môsieur » !

Le favori l’emporte à la fin, mais avec une victoire plus serrée que prévu. Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, a été élu dimanche 11 décembre président des Républicains (LR) en recueillant 53,7 % des suffrages exprimés. […]

Son adversaire au second tour, Bruno Retailleau, a obtenu 46,3 % des voix. Un peu moins de 5 000 voix séparent les deux hommes (33 609 contre 28 977), de quoi éventuellement donner du grain à moudre aux partisans du sénateur de Vendée, qui avaient saisi la haute autorité organisatrice de cette élection interne en dénonçant des adhésions douteuses dans le département d’Éric Ciotti, à la suite de révélations de Libération

[…]

Il y a quelques mois encore, la perspective de voir Éric Ciotti président de LR faisait bondir à droite. « S’il gagne, c’est la fin de LR comme parti de gouvernement », glissait un député, qui prévoyait déjà de plier bagages. […]

Que s’est-il passé en un an pour qu’Éric Ciotti troque son costume de « Monsieur Sécurité », Zemmour-compatible et obsédé par ses marottes, pour celui de président consensuel du parti héritier du gaullisme ? […]

[…]

Dans les allées du pouvoir aussi, on observait ces derniers jours avec circonspection la victoire attendue d’Éric Ciotti. « Pour nous, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle », glissait récemment un ministre, arguant que la ligne droitière du Niçois pourrait raréfier les consensus trouvés ces derniers mois entre majorité et droite d’opposition. D’autres, au sein du camp présidentiel, imaginaient qu’un tel résultat jetterait dans leurs bras des hordes d’élu-e-s LR horrifié-e-s et renforcerait in fine la majorité présidentielle.

[…]

Un des députés LR courtisés par la Macronie pense que l’opposition de son nouveau président ne sera pas si frontale qu’attendu : « Éric est trop malin pour s’enfermer dans sa caricature. Et il ne veut surtout pas que certains d’entre nous quittent le navire, donc il va donner des gages. » Ses deux premiers tests arrivent vite : la réforme des retraites et le projet de loi sur l’immigration sont au menu des prochaines semaines. Sans le soutien des LR, le gouvernement n’aura pas d’autre choix que d’utiliser l’article 49-3. De quoi placer Éric Ciotti dans une position dont il a toujours rêvé, au centre de la vie politique française.


Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani. Médiapart. Source (Très courts extraits)


2 réflexions sur “Ne pas en faire un plat…

  1. bernarddominik 12/12/2022 / 17:22

    Bien résumé. Le départ d’Estrosi pour la macronie a laissé le champ libre à Éric Ciotti.
    Le clan Estrosi Falco Muselier à cru signer la fin de LR, il pourrait signer sa propre fin.
    Ciotti sait gâter les militants des départements méditerranéens où ils se démènent et dans le 06 il a pris la place du calife local Estrosi. Vac le club des 3 Macron risque de récupérer une coquille vide, raison pour laquelle il ne se presse pas de leur accorder quelques prébendes

Laisser un commentaire