Réécriture !

Un premier texte « réservé » d’abord, puis une ré-écriture très… leste !

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas ;

À l’austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.


Félix Arvers


Le sonnet d’Arvers… réécrit par…


Son con est sans secret, sa vulve est sans mystère,
Mais j’ai pris cette nuit, en un moment son cul.
Elle était endormie, aussi j’ai dû me taire,
Celle à qui je l’ai fait n’en a jamais rien su.
Hélas ! j’aurai piné près d’elle inaperçu,
Sans me l’asticoter et pourtant solitaire ;
J’aurais planté mon bout dans cette jeune terre,
Et sans rien demander elle aura tout reçu.
En elle, à qui Dieu fit la fesse douce et tendre,
Je suivrai mon chemin, me distrayant d’entendre
Ce bruit que dans la glaise on fait à chaque pas.
Au postère de voir ma semence fidèle
Elle dira, vidant son cul tout rempli d’elle :
« Quel est donc ce blanc d’oeuf ? » et ne comprendra pas…


Victor Hugo


Laisser un commentaire