Chômage-Chômeurs

« Une réforme de bon sens » 

Dominique Seux sur France Inter, François Lenglet sur RTL, Nicolas Bouzou sur Europe 1. Trois éditorialistes économiques, trois radios, trois manières d’approuver la réforme de l’assurance chômage – qui consiste à diminuer la durée d’indemnisation si le taux de chômage est inférieur à 9 % [1].

Sur France Inter (22/11), Dominique Seux regrette qu’il n’y ait pas eu d’étude d’impact, « en clair [d’] analyse économique et sociale de ses effets concrets et de la situation actuelle ». Mais cela ne l’empêche pas de juger que la réforme « repose sur un principe logique » – elle « présente un vrai intérêt » écrivait-il la veille dans Les Échos. [2]

« Ça reste très protecteur », « rien de scandaleux » : sur Europe 1 (22/11), Nicolas Bouzou n’est pas aussi regardant que son confrère. Et celui-ci de faire le SAV du gouvernement :

Nicolas Bouzou : Les syndicats remettent en cause le principe de l’efficacité de la réforme parce qu’ils ne veulent pas admettre une vérité : c’est que les conditions d’indemnisation, elles ont des conséquences sur l’emploi.

Dimitri Pavlenko : C’est scientifiquement documenté, ça, hein ?

N. B. : Ouais, absolument. Si vous indemnisez longtemps quand le marché du travail va bien, vous encouragez les demandeurs d’emploi à prendre un petit peu de temps. C’est mauvais pour eux ! Parce que durant ces périodes de non-emploi, ils perdent en compétence, et ils reviendront sur le marché du travail avec un salaire plus faible. Tout le monde y perd, hein ! Les entreprises qui n’arrivent pas à recruter, et les demandeurs d’emploi qui perdent en compétence.

Puis d’écarter la critique d’un revers de la main : « En tout cas, il est difficile de soutenir qu’elle est méchamment antisociale ! » Et d’enfoncer le clou :

Dimitri Pavlenko : Ceci dit, le gouvernement, comme le rappelle Dominique Seux dans Les Échos ce matin, aurait peut-être pu l’assortir d’une étude d’impact, pour apporter la preuve de ce qu’il dit.

Nicolas Bouzou : Oui, mais honnêtement, il y a de la documentation, hein.

Nous voilà rassurés.

« Honnêtement, une réforme de bon sens » : sur RTL (22/11), François Lenglet va dans le même sens. Et à Yves Calvi, qui « rappelle que les syndicats sont vent debout contre la réforme », il répond : « Oui, honnêtement, c’est pas très compréhensible, ni très justifié. »

Et sinon, le pluralisme dans les médias, c’est pour bientôt ?


Maxime Friot. Acrimed (Lecture libre – Pensez à soutenir financièrement cette association). Source


  1. Sauf si le taux de chômage connaît une progression supérieure à 0,8 point sur un trimestre.
  2. Une idée qu’on retrouve d’ailleurs dans un édito… du Monde (23/11) : « Le raisonnement selon lequel l’instauration d’un régime d’indemnisation plus sévère conduirait mécaniquement à réduire les tensions sur le marché du travail peut sembler cohérent. Sa limite est qu’il ne s’appuie sur aucune étude sérieuse et détaillée. »

Une réflexion sur “Chômage-Chômeurs

  1. bernarddominik 30/11/2022 / 09:49

    Déjà un point à été oublié: toutes les régions ne sont pas égales devant le chômage, et il y a aussi le problème de la nature des emplois: va t on demander à un ingénieur en électronique de faire laveur de vitres? De plus le taux de 9% est très éloigné du plein emploi. Une réforme hasardeuse qui va jeter des gens dans la précarité alors qu’ils ont cotisé. Et la réforme ne dit rien des plus de 50 ans que les patrons refusent d’embaucher même dans les secteurs deficitaires: un ami informaticien spécialiste des bases de données est chômeur malgré une centaine de candidatures: à 50 ans il est jugé trop vieux.

Laisser un commentaire