Désamorcer

Comme le rapporte l’histoire universelle, tout gouvernement se pare du risque d’actions révolutionnaires, advenant par ses classes moyennes…

Au menu de la réunion des ministres, le 17 novembre 2022 à Matignon :

  • Grandeur et souffrance des classes dites « moyennes ».

« Il y a un mouvement social aujourd’hui en France qui n’est pas structuré, c’est celui des classes moyennes ! s’est écrié le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal. Elles bossent dur et elles ont le sentiment qu’on balance des Canadair d’argent public pour aider ceux qui ne bossent pas. Si on ne répond pas à ça, on n’y arrivera pas. »

Le ministre délégué à l’Industrie, Roland Lescure, acquiesce et met l’accent sur « l’angoisse des classes moyennes ». Clément Beaune, le ministre des Transports, insiste : « Il y a une crainte du déclassement chez les classes moyennes. »

Hervé Berville, le secrétaire d’Etat à la Mer, en rajoute : « Il y a un vrai sentiment de dépossession des classes moyennes. Le sentiment d’un horizon bouché, qu’il est impossible de vivre là où l’on est né, où l’on a grandi, notamment à cause de la hausse du coût du logement sur les côtes ou dans les zones touristiques. D’où la nécessité de mettre les bouchées doubles sur le travail, la baisse des impôts des classes moyennes, comme on l’a fait. »

La Première ministre approuve et rappelle sa décision : inclure ces fameuses classes moyennes parmi les bénéficiaires de l’« indemnité carburant travailleurs », qui sera mise en place en janvier et est censée adoucir la fin de la remise gouvernementale actuelle.


Article non signé lu dans le Canard Enchaîné. 23/11/2022


Une réflexion sur “Désamorcer

  1. bernarddominik 29/11/2022 / 13:37

    Le prix de l’électricité n’est plus lié au prix de production mais à une valeur spéculative la gaz. Si le gouvernement veut réellement agir contre l’inflation et aider les français il doit ramener le coût de l’électricité eu coût de production. Tout le reste c’est de la poudre aux yeux.

Laisser un commentaire