Transactivisme…

… la censure est dénué de genre

[…] Coauteure de l’essai La Fabrique de l’enfant-transgenre (1), Caroline Eliacheff rencontre les plus grandes difficultés pour en parler publiquement. Son ouvrage traite de la dysphorie de genre, autrement dit du sentiment ou du besoin de changer de sexe pour être en phase avec son identité. Et sa position est on ne peut plus claire.

Elle estime qu’aucun traitement, qu’aucune intervention ne devrait être possible avant la majorité des personnes désireuses de « transitionner ». Une position logique, mais qui vaut à la pédopsychiatre de s’attirer les foudres de certains transactivistes, prompts à taxer de « transphobie » tous ceux qui osent faire valoir le temps de la réflexion et le principe de précaution.

Jeudi 17 novembre, à Lille, où Caroline Eliacheff était invitée à présenter son livre à la médiathèque, le collectif LGBTQI local exerçait des pressions et préparait des manifestations contre sa venue.

Malgré le soutien de l’association organisatrice, Citéphilo, et celui de la maire, Martine Aubry, la réunion prévue n’a pu se tenir. En lieu et place, une heure d’injures et de hurlements contre ce qu’ils appellent « le militantisme transphobe de Caroline Eliacheff et de l’Observatoire de la petite sirène (2) », dont elle est codirectrice.

[…]

Dernier exemple en date, à Paris Centre, où le maire, Ariel Weil, a cédé à la pression et aux menaces de ces petits commissaires politiques en annulant un colloque prévu depuis longtemps.

Organisée par l’association Wizo et intitulée « Les nouveaux enjeux des parents », cette rencontre devait accueillir deux tables rondes sur les addictions des enfants et des ados, les placements en famille d’accueil, le mal-être adolescent… La question de la transsexualité n’étant qu’un des nombreux volets abordés.

Dans un tweet du 14 novembre, la mairie parisienne écrit avoir « été alertée sur la participation de chercheurs aux positions controversées à un événement d’une association à qui elle prêtait une salle ». Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’il s’agit de Caroline Eliacheff et de Céline Masson. […]


Natacha Devanda. Charlie hebdo Web. 23/11/2022. Source (Extraits) https://charliehebdo.fr/2022/11/societe/transactivisme-censure-pas-genre/


  1. Avec Céline Masson (Éditions de l’Observatoire).
  2. Collectif pluridisciplinaire de professionnels de santé, praticiens et chercheurs, qui entend mettre en garde les professionnels de l’enfance contre l’impact des réseaux sociaux et du militantisme, notamment chez les mineurs sujets à la dysphorie de genre.

Laisser un commentaire