Les aides de l’État…

… à qui profitent-elles ?

En 2020 et 2021, l’exécutif a multiplié tes mesures destinées à atténuer les effets de la crise du Covid 19 et de la hausse des prix de l’énergie sur le pouvoir d’achat des Français. Mais un rapport de l’Insee dévoile ce mardi qu’elles ont surtout profité aux ménages les plus aisés.


Bonus du chèque énergie, indemnité inflation, baisse de l’impôt sur le revenu… Les coups de pouce sociaux et fiscaux à destination des ménages n’ont pas manqué les deux dernières années, dans un contexte de crise sanitaire, puis de crise énergétique.

Au total, l’ensemble des mesures mises en place par le gouvernement a fait augmenter le revenu disponible des Français de 12,7 milliards d’euros, selon l’édition 2022 du portrait social de l’Insee, publié ce mardi. Mais cet argent n’a pas vraiment été redistribué équitablement.

Des aides qui profitent surtout aux plus aisés

De manière globale, les aides déployées en 2020 et 2021 – qu’elles soient pérennes ou exceptionnelles – ont augmenté de 1,1 % le niveau de vie des ména­ges. Dit autrement, un Français a en moyenne gagné 280 euros grâce aux mesures décidées par l’exécutif pendant cette période. Mais, quand la moitié des personnes les plus aisées ont bénéficié de 420 euros supplémentaires, les autres n’ont touché que 130 euros en plus.

Comment expliquer cet écart ?

Tout simplement par le poids que représentent les mesures pérennes dans la hausse totale du revenu disponible des ménages (90 %). Parmi elles, on retrouve la baisse de l’impôt sur le revenu en 2020 et la suppression progressive de la taxe d’habitation. Or, ces deux mesures fiscales ont logiquement profité davantage à la classe moyenne et aux ménages aisés, les plus modestes étant peu ou pas imposables.

Dans le détail, la baisse d’impôt sur le revenu a profité à 15,3 millions de ménages, et principalement à ceux « se situant au-dessus du niveau de vie médian », détaille l’Insee. La suppression progressive de la taxe d’habitation, elle, a bénéficié à 17,2 millions de ménages. Elle a surtout favorisé les « ménages de niveau de vie intermédiaire en 2020 » et les « ménages aisés en 2021 ».

Les grands gagnants sont les Français situés entre les 7e et 8e déciles : ils ont en moyenne gagné 470 euros par an grâce à ces mesures permanentes, contre 90 euros pour les 50 % de Français les plus modestes.

Quant aux prestations sociales, elles ont eu « globalement très peu d’effet sur le niveau de vie des plus modestes », observe l’Insee.


Léa Guyot. Le Dauphiné 23/11 2022


5 réflexions sur “Les aides de l’État…

  1. Sigmund Van Roll 24/11/2022 / 12:11

    Pour être honnête, je ne suis guère étonné que les effets dus au Covid-19 aient été profitables pour les citoyens les plus aisés. Malgré cela , il y en a certains qui ont subis une lobotomie pour donner leurs voix à notre cher pingouin national qu’est EM

    • Libres jugements 24/11/2022 / 12:59

      Merci Sigmund pour ce commentaire avisé.
      J’en profite pour te dire que je ne vois plus les réalisations de photographiques que tu as l’habitude de réaliser
      Avec mon amitié
      Michel

  2. bernarddominik 24/11/2022 / 15:33

    Il n’y a pas eu de baisse sur l’impôt sur le revenu en 2020, les aides ont surtout été des chèques distribués aux plus pauvres, quand aux 30 centimes puis 10 sur l’essence ils sont largement compensés par le surplus de tva payé suite à la hausse du prix. Le bouclier tarifaire sur EdF ne favorise personne puisqu’il est proportionnel à la consommation. Cet article est un tissus d’ignorance

  3. bernarddominik 24/11/2022 / 17:14

    Effectivement ces aides n’ont pas été distribuées de manière équitable puisque seuls les plus pauvres ont reçu des chèques énergie et alimentaires. La suppression de la taxe d’habitation à fait reporter les hausses d’impôts locaux sur la taxe foncière, ce qu’oublie Mme Guyot, et comme toute baisse d’impôts profite à ceux qui en paient, en 2020 la baisse d’impôt sur le revenu n’a bénéficié qu’aux millionnaires pas aux classes moyennes et aisées (tranche maxi ramenée à 45% donc moins de 2 % des contribuables là encore Mme Guyot s’est trompée dans ses déciles). La France impose énormément: j’ai 2 actions d’une SCI familiale qui m’ont rapporté 300 € en 2022 sur lesquel j’ai reçu 182 € l’état à pris 40%, l’état ayant en amont déjà perçu 30% sur le bénéfices ce qui qu’il a en réalité perçu 72,7% et moi 27,3% . Alors qu’on arrête ce jeu stupide de dire que l’état vole les pauvres pour donner aux riches. Non l’état ne peut reverser aux plus pauvres que ce qu’il a perçu en prenant au passage la plus grosse part. Les ristournes de l’état ont été payées en amont par les 40% de français qui payent plus qu’ils ne reçoivent.

    • Libres jugements 25/11/2022 / 09:46

      Te rends-tu compte, Bernard, que dans ton énoncé, les plus pauvres ne se retrouvent pas et diront que tu es, malgré tout ce que tu peux penser, un privilégié.
      Malgré tout, je préfère ce second commentaire au premier, confortant la véracité des aides accordées par le gouvernement à certains.
      Amitiés
      Michel

Laisser un commentaire